RADIO M4A - Le paradoxe des ages
  Pages de Connexion
  Page d'accueil
  M4A TV
  Ecoutez en Live ici
  Live Forum interactif
  Qui sommes nous
  Infos
  La Bible
  Etudes Bibliques
  => Daniel 2
  => Jacob et Esaü
  => La cremerie universelle
  => La grande foule
  => La crise finale
  => Apocalypse 12
  => Osee1 et 2
  => Le paradoxe des ages
  Sante
  Annonces
  ESPRIT DE PROPHETIE
  Etudes Bibliques (Audio)
  NetWork RADIO
  Livre d'or
  Liste top
  Liste des liens
  Newsletter
  Contact
  L'actualité et la prophétie
  IMAGES PROPHETIQUES
  Le message d'Elie

 

LE GRAND PARADOXE DES AGES







Dans l'avantage de tous ceux dont l'esprit est à la recherche de la Vérité et dont le coeur désire s’écarter du sentier qui mène à la des­truction du corps et de l'âme, cette brochure est distribuée gratuitement. Elle vous sera envoyée part la poste sans aucun frais de votre part. Votre seule obligation est d'examiner tou­tes choses et de retenir ce qui est bon (1 Thes. 5 : 1). Les uniques liens qui vous attachent à cette littérature sont les fils d'or de l'Eden et les cordons cramoisis du Calvaire. Que le Seigneur vous soit en aide !

 

      Pour 1es citations bibliques de cette étude, nous adoptons comme texte de base celui de la version Louis Segond -Edition 1910, car c'est la plus courante parmi les Adventistes du 7ème Jour. De sorte que toute citation faite sans indication de version est tirée de celle susmentionnée. Toutes les fois que nous employons un texte autre que celui de L. Segond nous indiquerons entre parenthèses la version utilisée. Voici les sigles employés : Tob, Darby Crampon, Maredsous.

 

­

INTRODUCTION

 

L'esprit de recherche nécessaire

 

      "Dieu a de précieuses lumières destinées à son peuple ... (CSSW p. 32)1 Lorsqu'une nouvelle lumière est présentée à l'Eglise, il est dange­reux de s'en écarter.. Le fait de condamner ce que vous n'avez pas entendu et que vous ne com­prenez pas, n'augmentera pas votre sagesse aux yeux de ceux qui sont sincères dans leur recherche de la vérité. Et c'est folie que de vouloir parler avec mépris de ceux que le Seigneur a envoyés avec un message de sa part...

 

      "... Car Dieu glorifiera sa Parole et la fera paraître sous un jour qu'il ne nous a pas encore été donné de connaître... Comme ce fut le cas pour Nathanaël, la lumière sera accordée à tout croyant qui recherche la vérité de tout son coeur (CSSW 26). Le libre examen doit être de règle afin de permettre à chacun de découvrir et d'approfondir de par lui ­même la vérité...

 

      "... Si un message vous parvient que vous ne com­prenez pas, prenez la peine d'en écouter les expli­cations données par le messager... car votre convic­tion ne risque pas d'être ébranlée au contact de l'erreur... Aucun de ceux qui croient tout savoir n'est ni trop âgé ni trop intelligent pour apprendre du plus humble des messagers du Dieu vivant". Témoignages sur l'Ecole du Sabbat p. 60-66.

 

      Comme tout évènement important concernant l'Eglise est précédé d'un message et comme chacun de ces dits évènement a été prédit par les prophètes, il est impérieux pour chacun de réaliser le besoin de Prophétie.

 

      Il n'y a jamais eu dans les annales de l’Eglise chrétienne un criblage tel que celui qui se pro­duit en s'accentuant de plus en plus dans les rangs de la dénomination adventiste du 7èrne jour, résultant, de la mise en circulation de la série de livres et, pamphlets intitulée "The Shepherd's Rod". Ceci présente un problème à la fois singulier et surprenant dont la solution est introuvable par la sagesse humaine. Par conséquent, nous devons avoir recours à la sagesse divine. La controverse ainsi que son remède doivent tous deux être trouvés dans la prophétie. Nous acceptons donc le défit :"Enquérez vous de mois touchant les choses à venir, commandez moi à l'égard de mes fils et à l'égard de l'oeuvre de mes mains". Esaïe. 45 : 11 (Darby).

 

      C'est,seulement quand l'Eglise fait naufrage sur l'écueil de sa propre folie, battue par les vagues furieuses de la rétribution divine, qu'elle est, disposée à comprendre le redoutable danger qui la guette et son besoin de tout. Et c’est seulement quand elle est ainsi alarmée et menacée qu’elle arrive à réaliser la nécessité absolue d’avoir le don de prophétie - son besoin le plus impérieux dans son état actuel -. Car le Seigneur l’Eternel ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes". Amos 3 :7. "Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie… Celui qui prophétise édifie l’église".1 Cor 14 :1, 4.

 

      "Car le témoignage de Jésus est l'esprit de Prophétie" Apoc. 19 : 10. Par conséquent, si elle ne se réveille pas maintenant afin de comprendre que "quand il n'y a plus de vision, le peuple est sans frein" Prov. 29 : 18 (Cramp.), elle ne le fera jamais.

 

      Soulignant l'importance des dons de l'esprit Paul déclare :"Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évan­gélistes, les autres comme pasteurs et docteurs pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ". Eph. 4 : 11, 12. Ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis qui ont le don de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues". 1 Cor. 12 : 28.

 

      Mais alors que la plupart de ces dons, particu­lièrement les dons de langues et de gouvernement, sont ardemment recherchés par les églises, celui qui était méprisé par les juifs - le don des "pro­phètes"- est totalement rejeté par presque toute la chrétienté. De sorte que l'esprit qui poussa au meurtre des prophètes d'antan par la main des con­ducteurs juifs, est aujourd'hui en train de poursuivre le même type d’œuvre destructrice par le moyen de la religion organisée.

 

      Tandis qu'ils honoraient la mémoire des prophètes morts, assassinés par leurs ancêtres, les juifs rejetaient les prophètes vivants, s’attirant cette terrible sentence du Maître : "Malheur à vous scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes et que vous dites : si nous avions vécu du temps de notre père, nous ne nous serions pas joints à eux pour répandre le sang des prophètes". Mat. 23 : 29, 30.

 

      Les chrétiens d'aujourd'hui qui méprisent le don de prophétie et nient l'autorité des écrits de l'Ancien Testament dans la dispensation évangélique rejettent, ce faisant, tous les prophètes, bien qu'en même temps, ils leur rendent un hommage des lèvres en les reconnaissant pour être des serviteurs de Dieu. En leur faisant de tels honneurs, ils ne font que construire et orner les tombes des pro­phètes comme le firent les juifs, mais quand ils sont éprouvés, eux aussi se révèleront n'être que des menteurs. Une simple profession de croire en toute la Bible qui ne l'est que des lèvres, est pire que l'absence totale de profession. Ceci est d'autant plus vrai que les soi-disant chrétiens enseignent également que les lois et statuts, ainsi que tous les avertissements et condamnations ne s'appliquent qu'aux juifs d'autrefois, tandis que toutes les promesses de bénédictions reviennent à l'Eglise chrétienne !

 

      En adoptant une telle attitude ils ont été amenés à pervertir les dons à un tel point que leur soi­t disant don des langues n'est autre que du charabia et n'est plus le don biblique, pas plus que le dimanche n'est le "saint" sabbat ! Le don de gou­verner est également perverti au point qu'il a dégénéré en une institution de prérogatives, de formalités, de buts et autres choses du même genre qui, s'ils avaient jamais été de quelque utilité, ne sont pour sûrs, que des agences qui en fait militent contre la Vérité, et neutralisent la piété de l'Eglise.

 

      Dans de pareilles conjonctures, les meilleurs de ceux qui aujourd'hui professent être chrétiens sont-ils meilleurs que les pires des juifs d'hier ? A cause de cela, Oh Eglise de Dieu, "réveille toi, réveille toi" Es. 52 : 1). "N'éteignez pas l'Esprit. Ne méprisez pas les pro­phéties. Mais examinez toutes choses, retenez ce qui est bon". 1 Thes. 5 : 19 - 21. "Détache les liens [forgés par les hommes] de ton cou, captive, fille de Sion" Esaïe 52 : 2.

 

      Etant donné que le don de prophétie, selon les Ecritures, vient en second  lieu  parmi les dons faits à l'Eglise, tandis que le don de gouvernement ainsi que celui de parler diverses langues sont en  dernier  lieu, il est  donc  évident  que ceux qui méprisent le don de prophétie mais exaltent le don de gouverner et le don des langues, sont en train de tirer la charrue par derrière, et par conséquent ils avancent dans la mauvaise direction. A ceux-là Christ déclare : "tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu". Apoc. 3 : 17.

      "Venez et plaidons ! dit l'Eternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s'ils sont rouges comme la pour­pre, ils deviendront comme la laine" Es. 1 : 18.

 

      Cette situation signale les difficultés actuelles de l'Eglise qui, avec leur dénouement, sont présentés figurativement, dans le symbolisme prophétique de Zacharie :

 

Le Paradoxe

 

      "Et de nouveau je levai mes yeux, et je vis : et voici quatre chars qui sortaient d'entre deux montagnes, et les montagnes étaient des monta­gnes d'airain. Au premier char il y avait des chevaux rouges ; et au second char, des che­vaux noirs ; et au troisième char, des chevaux blancs, et au quatrième char, des chevaux tâche­tés, vigoureux. Et je pris la parole et dis à l'ange qui parlait avec moi : que sont ceux-ci, mon Seigneur, ? Et l'ange répondit et me dit : Ce sont les quatre esprits des cieux qui sortent de là où ils se tenaient devant le Seigneur de toute la terre.

 

      Celui auquel sont les chevaux noirs sort vers le pays du nord, et les blancs sortent après eux ; et les tâchetés sortent vers le pays du midi et les vigoureux sortent et cherchent à s'en aller, à se promener par la terre. Et il dit : Allez, promenez vous par la terre. Et ils se promenèrent par la terre. Et il me cria, et me parla, disant : vois : ceux qui sont sortis vers le pays du nord ont apaisé mon esprit dans le pays du nord". Zachar. 6 : 1 - 8 (Darby).

 

      Ces versets contiennent l'une des prophéties pittoresques les plus remarquables et les plus importantes enregistrées dans les Saintes Ecritures. Leur interprétation correcte apporte une révéla­tion poignante de l'histoire de 1'Eglise. Le premier symbole à considérer est :

 

Les montagnes d'airain

 

      Etant d'airain, les deux montagnes ne peuvent jamais, même la plus infime partie, être emportées par les vents ou les flots. Quel que soit ce qui leur arrive, elles restent inébranlables. Puisqu'elles sont les symboles de la sainte Eglise de Dieu (d'après l’Ecriture). "Ainsi parle l'Eternel.. Jérusalem sera appelée ville fidèle, et la mon­tagne de l'Eternel des armées montagne sainte" Zac. 8 : 3. Ces montagnes doivent donc la représen­ter à une période où elle est en mesure de résis­ter à la tempête, temps où elle est pure et prête à devenir la demeure de sa Sainte Présence qui, comme les montagnes l'illustrent bien, constitue pour ses saints une puissante forteresse et "comme un abri contre le vent, et un refuge contre la tempête, comme l'ombre d'un grand rocher dans une terre altérée" Es. 32 : 2. Mais "celui qui se livre à la fraude" dit le Seigneur, "n'habitera pas dans ma maison, celui qui dit des mensonges ne subsis­tera pas en ma présence". Ps. 101 : 7.

 

      Les évidences vues jusqu'ici présentent la de­meure de Dieu en deux parties séparées, car I1 n'a qu'une église organisée à la fois. Par consé­quent, la vallée qui s'étend entre les deux mon­tagnes (l'espace d'où sortent les chars) représente la période écoulée entre les deux saintes organisa­tions de l'Eglise symbolisées par les deux montagnes. Ce solide fondement constitue la base d'une ferme structure de vérité qui embrasse l'histoire de l'Eglise pour atteindre son point culminant en une leçon de vérité présente aux conséquences capi­tales pour chacun de nous. C'est seulement si elle révèle une telle vérité que nous saurons que notre interprétation est divinement inspirée, qu'elle n'est pas particulière" (2 Pie. 1 : 20), et qu'elle supportera d'être éprouvée par la Bible. C'est à cette fin que nous considérons maintenant :

 

 Vrai temps d'existence des montagnes

 

      Lorsque l'ancien Israël sortit de l'Egypte, "I'Eternel allait devant eux, le jour dans une colonne  de  nuée  pour  les  guider  sur  leur  chemin, et la nuit  dans une colonne de feu pour les éclairer" afin de marcher de jour et de nuit. "Et. les enfants d'Israël campaient dans le lieu où s'arrê­tait  la nuée". Ex. 13 : 21 ; NOm. 9 : 17. Mais, quelques années après que le mouvement israélite se fut éta­bli dans la "terre promise", Dieu  retira  Sa  présence  Personnelle  du milieu  d'eux, à cause de leur  grand péché dont ils

refusèrent de se repentir.

 

      "Alors l'Eternel fit monter contre eux le roi des chaldéens... Ils brûlèrent la maison de Dieu, ils démolirent les murailles de Jérusalem, ils livrèrent au feu tous ses palais et détruisirent tous les objets précieux. Nébucanestsar emmena captifs à Babylone ceux qui échappèrent à l'épée, et ils lui furent assujettis, à lui et à ses fils, jusqu'à la domination du royaume de Perse". 2 Chron. 36 : 17, 19, 20.

 

      N'était-ce parce qu'un incident semblable eut lieu au cours de l'ère chrétienne, nous pourrions peut-être conclure, sans aller plus loin, que les deux montagnes d'airain symbolisent les deux par­ties de l'Eglise au temps de l'Ancien Testament.

 

      Mais étant donné que la période de ténèbres spi­rituelles qui s'étend de 538 à 1798 (Dan. 7 : 25 ; Apoc. 12 : 6, 14), divise la Sainte Montagne de Dieu en deux parties, nous nous voyons forcés de démon­trer, sous un autre angle le temps qui correspond à ces deux symboliques "montagnes d'airain".

 

      Cette prophétie symbolique n'a jamais encore été comprise par personne. Bien plus, elle ne pourrait jamais avoir déjà été accomplie sans que l'Ecriture fasse mention de son accomplissement  car alors sa vérité n'aurait pas été disponible au peuple du passé et ne nous serait actuellement profitable qu'à moitié). Par conséquent son accomplissement est en­core futur, pour quelque époque de la fin de l'ère chrétienne.

 

      Le métal dont les montagnes sont formées repré­sentera donc ce qui doit composer ce qu'elles sym­bolisent. Dit en termes plus clairs : l'airain doit signaler le peuple qui devra constituer les deux parties saintes de l'église chrétienne.

 

      Au second chapitre de Daniel, quatre empires sont symbolisés par une grande statue métallique faite d'or, d'argent, d'airain, et de fer. I1 s'agit là d'une prophétie bien comprise concernant Baby­lone, Médo Perse, Grèce et Rome. L'or ayant la plus grande valeur dans l'échelle des métaux, est un symbole approprié du premier empire après le déluge. L'argent, venant en second lieu par rapport à l'or, est le métal numéro deux et représente le second empire : Médo Perse. L'ai­rain par contre, étant de troisième importance par rapport a l'or, correspond précisément au troisième empire (Grèce), et a, par conséquent, une valeur numérique de trois. 

 

      Ainsi, étant d'airain, les "montagnes" indiquent que l'Eglise qu'elles représentent se situent dans la période numéro trois. Puisqu'il y a une troisième période, il va sans dire qu'il existe deux périodes précédentes. Nous avons donc trois grandes divisions du temps : la première, de la création au déluge ; la seconde, du déluge à la crucifixion du Christ ; la troisième, de sa cruci­fixion à son second avènement. C'est donc à l'ère chrétienne que correspond la période s'appliquant aux symboliques montagnes d'airain.

 

      I1 est donc évident que la première des deux mon­tagne:: symbolise la première Eglise chrétienne avant 538 Apr. J.-C., qui était remplie de l'Esprit, la deuxième montagne symbolise l'église chrétienne à un certain temps après 1798, lorsque - comme ce fut le cas pour la première église - elle est prête à être la Sainte Demeure de Dieu telle que décrite dans ce passage de l'Ecriture : "Malheureuse, battue de la tempête, et que nul ne console ! Voici,...je ferai tes créneaux de rubis, tes portes d'escar­boucles, et... tous tes fils seront disciples de l'Eternel, et grande sera la prospérité de tes fils" Es. 54 : 11 - 13.

 

      Il ne saurait être ici question, comme certains peuvent le croire, d'une symbolisation de la Ville Sainte, que Jean vit "descendre du ciel, d'auprès de Dieu" Apoc. 21 : 2, car les portes de la Cité Céleste sont faites chacune "d'une seule perle" Apoc. 21 : 21, tandis  que  les  portes décrites par Esaïe sont "d'escarboucles". Par conséquent, ce langage symbolique ne peut se référer qu'à un peuple qui doit s'édifier "pour être une ha­bitation de Dieu en esprit". (Voir Eph. 2 : 20­ - 22). Toutes ses "pierres" sont "d'antimoine" elles sont toutes en joyaux précieux. Pas de rocailles, pas "d'ivraie", pas de "tiède" dans ses armées, il ne peut d'ailleurs jamais en avoir dans son sein, car comme on peut le noter aisément, les "fondements" préfigurent les pionniers ; les "créneaux" à travers les­quels brille la lumière, constituent ses pro­phètes vivants ou voyants, et ses "portes d'es­carboucle" représentent ses "sentinelles" (Es. 52 : 8) qui ne permettent l'accès qu'à ceux qui en ont le droit, et qui laissent tous les autres au dehors. Et "l'enceinte de pierres précieuses" (Es. 54 : 12) sont les membres qu’embellissent la maison. Il est donc clair que seuls "ceux qui sont sauvés en feront partie.

 

      "Tu seras affermie par la justice ; bannis l'inquiétude, car tu n'as rien à craindre ; et la frayeur, car elle n'approchera pas de toi. Si l'on forme des complots, cela ne vien­dra pas à moi ; quiconque se liguera contre toi tombera sous ton pouvoir... Et toute langue qui s'élèvera en justice contre toi, tu la condamneras" Es. 54 : 14, 15, 17.

 

      Cette église dont il est fait mention ici, symboliquement, ne peut être le Royaume sur la "Nouvelle Terre", car alors il n'y aura pas de méchants à se liguer contre elle, alors que contre cette Eglise là se liguent des méchants qu'elle "condamnera". Et si elle doit : les condamner, il en découle qu'ils ne seront pas condamnés avant de se liguer contre elle.

 

      "Revêtue de l'armure de la justice de Christ, l’Eglise se prépare au conflit final. Belle comme la lune, pure comme le soleil, mais ter­rible comme des troupes sous leurs bannières", elle s'avance dans tout le monde" en vainqueur et pour vaincre". Prophètes et Rois p. 549.

 

      "Revêtue de la complète armure de lumière et de justice, elle se lance dans le conflit final. Toute scorie, tout matériau sans valeur sera consumé et l'influence de la vérité rendra témoignage de son caractère sanctifiant et ennoblissant au monde". Testimonies to Ministers, p. 17.

 

      C'est pourquoi "tes portes seront toujours ouvertes, elles ne seront fermées ni jour ni nuit, afin de laisser entrer chez toi les tré­sors des nations et leurs rois avec leur suite. Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas périront, ces nations là seront exterminées Es. 60 : 11, 12.

 

      I1 est clair que l'Eglise décrite dans ces passages n'est certainement pas l'Eglise dans son état laodicéen - "ni froid, ni bouillant, et sur le point d'être vomie" (Apoc. 3 : 16). Et puisque les symboliques montagnes d'airain sont toutes deux semblables, sans aucune dif­férence entre elles, il en découle que la seconde "montagne", l'église de Dieu qui est sur le point de paraître ne devra être ni moins puissante ni moins pure que celle représentée par la première "montagne", l'église chré­tienne primitive, de laquelle nous pouvons nous faire une idée d'après ce que dit l'Ecriture dans les passages suivants.­

 

      "Le jour de la Pentecôte, ils étaient : tous ensemble dans le même lieu... Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit ... et en ce jour là, le nombre des disciples augmenta d'environ trois mille âmes... Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l'E­glise ceux qui étaient sauvés". Actes 2 :1, 4, 41, 47.

 

      "Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété, et retint une partie du prix... Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu aies retenu une partie du prix du champ ? Ananias, entendant ces paroles, tomba et expira... Environ trois heures plus tard, sa femme entra... Alors Pierre lui dit : Comment vous êtes vous accordés pour tenter l'Esprit du Seigneur ? Au même instant, elle tomba aux pieds de l'apôtre et expira". Actes 5 : 1 - 3, 5, 7, 9 - 10.

 

      Y a-t-il une comparaison entre l'Eglise décrite dans le livre des Actes avec celle du temps actuel ? Où est la puissance du Saint-Esprit dans l'Eglise d'aujourd'hui ? Dans l'Eglise primitive ils étaient tous "remplis du Saint-Esprit" ! Où avons-nous jamais lu que les apôtres aient essayé d'établir des buts financiers ? Mais avec quelle fré­quence n'entendons nous pas que ceux qui sont aujourd'hui amenés à l'Eglise abandonnent celle-ci ! Et combien minime le nombre de ceux là d'entre les quelques restants qui sont réellement convertis à la Vérité ! Pourquoi un gaspillage aussi lamentable, une perte aussi pitoyable ? Pourquoi tant d'ivraie étouffant le blé ? Jésus a dit : "Pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l'ivraie parmi le blé et s'en alla". Mat. 13 : 25. Pourquoi ? Evidemment parce que les sentinelles qui veillent sur les murs de Sion se sont endormis. (Voir Tes­timonies vol. 5 p. 235).

 

      Projetant de la lumière sur cette situation, l'Esprit de prophétie déclare : "quelle terri­ble désillusion que de croire fermement que tout va bien alors qu'on est sur un mauvais chemin ! Le message du Témoin Fidèle surprend le peuple de Dieu dans cette triste situation, mais l'Eglise ignore en toute bonne foi dans quelle condition déplorable elle se trouve aux yeux de Dieu. Alors que ceux à qui s'adresse le message se flattent d'être parvenus à un niveau spirituel élevé, le Témoin Fidèle vient mettre fin à leur sentiment de sécurité en leur faisant connaître leur vraie condition de pau­vreté et d'aveuglement spirituels. Cette accu­sation si catégorique et si sévère ne peut être fausse, car il s'agit d'une déclaration du Témoin Fidèle". Tem. pour l'Eglise vol. l p. 375.

 

      Comme des trompettes retentissantes, ces faits, qui ne sont que trop évidents, pro­clament que l'Eglise dans son état actuel si différent de celui de la première Eglise chrétienne ne peut aucunement être représentée par le même symbole servant à illustrer l'Eglise Primitive. Par conséquent, puisque l'Eglise d'aujourd'hui est aussi loin de ressembler à l'Eglise Primitive comme les ténèbres le sont de la lumière, la Sainte Eglise de Dieu symbo­lisée par la deuxième montagne d'airain doit être encore dans le futur. C'est pourquoi, rendons gloire à Dieu de ce que nous avons encore à notre portée la gloire de :

 

l'Eglise Triomphante

 

      Quand l'Eglise deviendra-t-elle vraiment la demeure de Dieu ? Humainement parlant, il est aussi impossible d'y apporter ce changement qu'il ne l'est de vider l'océan. Dieu seul peut le faire. Mais quand il le fera, ce sera une oeuvre de purification complète. "Je le vanne" dit-il, "avec le vent aux portes du pays ; je prive d'enfants, je fais périr mon peuple, qui ne s'est pas détourné de ses voies." Jér. 15 :7.

 

      "I1 a son van à la main : il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais I1 brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint point". Mat. 3 : 12.

 

      "J'ai vu que le Seigneur aiguisait son épée dans le ciel pour les faucher. Oh! si chaque croyant tiède pouvait réaliser l'oeuvre de purification que Dieu est sur le point d'entre­prendre parmi ceux qui professent être son peuple !" Testimonies vol. 1 p. 190.

 

      "Le Seigneur travaillera à purifier son Eglise. La vérité, je vous l'avoue, est que le Seigneur est sur le point de tourner et re­tourner les institutions qui portent son nom. Je ne puis vous dire exactement quand commencera ce processus d'épuration, toutefois, il ne sera pas longtemps différé. Celui qui a son van à la main purifiera son temple de sa souillure morale. I1 nettoiera son aire".  Testimonies to Ministers p. 373

     

      "Le moment est venu où il faut déployer des efforts sérieux et persévérants afin de débarras­ser l'Eglise de la boue et des ordures qui ter­nissent sa pureté". Id. p. 450.

 

      Mes frères, ne dites pas : "les visions qu'il a ne sont pas près de s'accomplir ; il prophétise pour des temps éloignés". Car les "jours appro­chent, et toutes les visions s'accompliront". Ezéchiel 12 : 27, 23.

 

        "Pour l'amour de Sion, je ne me tairai point", a dit le Seigneur, "pour l'amour de Jérusalem, je ne prendrai point de repos, jusqu'à ce que son salut paraisse, comme l'aurore, et sa délivrance, comme un flambeau qui s'allume". Esaïe 62 : 1.

 

      "Maïs  les  jours  de la purification de l'Eglise  arrivent en toute hâte. Dieu aura un peuple pur et fidèle. Dans le grand criblage qui aura lieu bientôt, nous serons mieux à même d'éva­luer la force d'Israël... Ceux qui auront pla­cé leur confiance dans l'intelligence, le génie ou les talents ne pourront pas se maintenir en tête de file". Testimonies vol. 5 p. 80.

 

 

Quand l'Eglise sera dignement représentée par les

Montagnes ?

 

      Bien que le temps de cette oeuvre solennelle - un sujet d'importance capitale pour l'E­glise de Dieu en cette heure critique -, soit clairement établi dans la Bible et dans l'Es­prit de Prophétie, ironiquement c'est un thème auquel les gens de l'église concernée accor­dent peu d'attention et qui est d'ailleurs fort peu compris. Aussi devons nous investiguer davantage là dessus.

 

      Cédant aux instances de l'Inspiration, le prophète Esaïe a écrit : "C'est par le feu que l'Eternel exerce ses jugements, c'est par son glaive qu'il châtie toute chair ; et ceux que tuera l'Eternel seront en grand nombre... Et j'enverrai leurs réchappés vers les nations.. et ils amèneront tous vos frères... dans un vase pur à la maison de l'Eternel". Es. 66 : 16, 19, 20.

 

      Remarquez que ces paroles prophétiques décla­rent que les "réchappés" d'entre "ceux que tuera l'Eternel" seront envoyés "vers les na­tions" et qu'ils "publieront sa gloire par­mi les nations. Ils amèneront tous leurs frères du milieu de toutes les nations".

 

      Comme cette grande oeuvre mondiale de rassem­blement ne peut se faire après la fermeture de la porte de la grâce, vous ne devez pas permettre que l'ennemi vous séduise "par des paroles douces et flatteuses" (Rom. 16 : 18), Montrez lui qu'il ne peut expliquer ces pas­sages inspirés d'une autre manière tout en gardant son explication en harmonie avec ce qu'a dit le Seigneur dans les citations pré­cédentes des Ecritures et avec la déclaration suivante tirée de l'Esprit de Prophétie.

 

      "Pendant que le jugement investigatif se poursuit dans le ciel... il doit s'effectuer parmi le peuple de Dieu sur la terre, une oeuvre spéciale de purification... Alors, l'Eglise que le Seigneur viendra chercher à son retour sera "glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible". Alors, elle paraîtra "comme l'aurore, belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leurs bannières". Tragédie des siècles p. 461, 462.

 

      Cette déclaration de l'Esprit de Prophétie montre clairement que la purification a lieu avant la fermeture de la porte de la grâce, c'est-à-dire "pendant que le jugement s'ins­truit dans le ciel" et que l'Eglise, pure et sans tâche, s'avance dans le monde en vain­queur et pour vaincre". Prophètes et Rois p. 549.

 

      Cher Frère, chère Soeur, ne vous soulevez pas contre ce message de délivrance, joignant ainsi les rangs de l'ennemi qui sema l'ivraie dans l'Eglise et qui est déterminé à l'y maintenir parce qu'il sait qu'avec une Eglise purifiée, sa puissance sera anéantie et les barrières qu'il a dressées contre ce mes­sage seront mises en pièces ! En effet, : "quand le Seigneur a une lumière pour son peuple, nous ne devons jamais nous attendre à ce que Satan reste à nous regarder tranquillement sans ­déployer d'efforts pour empêcher cette lumière de parvenir aux enfants de Dieu. Il travaillera dans les esprits afin d'exciter la méfiance, la jalousie et l'incrédulité". Testimonies vol. 5 p. 728.

 

      Nous déduisons des évidences présentées jusqu'ici que la purification a lieu avant l'achèvement de la prédication de l'évan­gile dans le monde entier : car ceux qui "échappent" au massacre sont envoyés pour ramener tous leurs frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l'Eternel. Esaïe 66 : 19, 20. Nécessairement donc, l'exé­cution de cette "oeuvre spéciale de purifi­cation" précède le début du "Grand Cri".

 

      Nous  en voulons pour preuves ces deux décla­rations de l'Esprit de Prophétie selon les­quelles "le vrai peuple de Dieu qui a à coeur l'oeuvre du Seigneur,... acceptera tou­jours que soient fidèlement et clairement révélés les péchés... tout particulièrement aux dernières heures de l'histoire de l'E­glise, au moment où sont scellés les 144 000. Cette oeuvre spéciale de purification et de "scellement des serviteurs de Dieu est la même qui fut montrée à Ezéchiel en vision". Témoignages pour l'Eglise vol. 1 p. 384, 385 - Testimonies to Ministers p. 445.

 

      La vision d’Ezéchiel révèle que ceux "qui gémissent et soupirent à cause de toutes les abominations qui se commettent au milieu "d’elle" (l'église) sont marqués, ou scellés, de sorte que les hommes ayant leur "instrument de destruction à la main" tuent et détrui­sent les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes" qui n'ont pas la marque. La purification de l'Eglise est donc la séparation des pécheurs du vrai peuple de Dieu. Lors de son accomplissement - qui est pour le futur immédiat -, les 144 000 reçoivent le sceau ou la marque, échappent au massacre, deviennent les "serviteurs de Dieu" et vont vers les nations pour terminer l'oeuvre. C'est ainsi qu'ils deviennent les "Prémices" c'est-à-dire les premiers fruits des vivants qui seront transmués, et "tous leurs frères" qu'ils ont amenés (la "grande foule" d'Apocalypse 7 : 9) les seconds fruits des vivants qui seront transmués : car là où il n'y a pas de seconds fruits il ne peut y avoir de prémices. (Pour plus de lumière sur ce sujet, lire le tract n°1 Pré "Eleventh hour" extra !)

 

      Bien-aimés, nous devons "gémir et soupirer" contre les péchés dans l'Eglise ; non contre le message qui doit nous sceller afin d'être transmués et faire de nous un peuple digne d'être symbolisé par la montagne d'airain. Vos lamentations et gémissements dus aux abomi­nations commises "au milieu d'elle" vous rendent aptes à recevoir la "marque" ; mais si vous essayez de couvrir les abominations, vous serez fauchés par les "instruments extermi­nateurs" des anges. L'Eglise doit être purifiée nettoyée et prête à devenir la Demeure de Dieu. Elle ne peut par aucun autre moyen être identifiée par la "montagne d'airain" symbole d'endurance. C'est cette Eglise qui "se lancera dans le con­flit final" et contre qui le dragon sera "irrité" car la "femme" symbolique et sa "postérité", comme un seul corps, "gardent les commandements de Dieu et ont le témoignage de Jésus" Apoc. 12 : 17.

 

      Ayant élucidé la première partie du symbolisme de Zacharie, portons maintenant notre attention sur :

 

La Vallée entre les montagnes

 

      La vérité étant solidement établie que l'Eglise Primitive est symbolisée par l'une des "montagnes d'airain", et que l'Eglise qui termine la prédi­cation de l'évangile est représentée par l'autre, il s'ensuit que la vallée intermédiaire, située entre les deux montagnes, d'où sortent les quatre chars doive représenter la période séparant ces deux Eglises. Le prochain symbolisme à con­sidérer est donc :

 

Les Quatre Chars

 

      Le prophète Zacharie déclare : "En ce jour là, i1 sera écrit sur les clochettes des chevaux SAINTETEE A L'ETERNEL Zac. 14 : 20. En tant que symboles, les chevaux sont employés dans la Bible pour illustrer plusieurs leçons ; étant dans chacun des cas parfaitement adaptés, bien sûr, à la situation ou à la circonstance. Dans cet ordre d’idées, ils représentent des person­nes, car le son qu'émettent leurs "clochettes" est "SAINTETEE A L'ETERNEL", tandis que "les mouvements spasmodiques de certains qui se di­sent chrétiens sont bien représentés par l'oeu­vre de chevaux robustes mais non dressés. Quand l'un tire en avant, l'autre tire en arrière".  Testimonies to Ministers p. 489, 490.

 

      Ces "chevaux" symboliques représentent chacun un certain type de personnes dans l'Eglise. Et prenant en considération le fait que chaque attelage dirige un char, il ne peuvent seulement représenter que la classe des dirigeants dans l'Eglise. Par conséquent, les chars doivent dépeindre, dans une certaine mesure, les membres d'église que les chevaux symboliques conduisent. Bien plus, à la question de Zacharie, "que sont ceux-ci, mon Seigneur ?"... l'ange répondit et dit : Ce sont les quatre esprits des cieux qui sortent de là où ils se tenaient devant le Seigneur de toute la terre". Zac. 6 : 4, 5 (Darby). De là nous déduisons que ces symbolismes repré­sentent des messages venant du ciel et prêchés sur la terre par l'Eglise. Et puisque le symbo­lisme se définit lui-même, il répond à la ques­tion :

 

Pourquoi un char pour symboliser une Eglise ?

 

      Les Ecritures symbolisent l'Eglise de Dieu par plusieurs objets terrestres. Citons quelques exemples : "en ce jour là", dit le Seigneur, "je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui la soulèveront seront meurtris" Zac. 12 : 3. "Tu seras une cou­ronne éclatante dans la main de l'Eternel" Es. 62 : 3. "...Et les sept chandeliers sont les sept Eglises." Apoc. 1 : 20.

 

      Le même objet ne saurait être utilisé pour caractériser parfaitement l'Eglise dans des conditions et circonstances variées, ou pour représenter des relations différentes. Par exemple, d'une part l'Eglise qui donne nais­sance à Christ (Apoc. 12 : 1 ; 2) ne peut être symbolisée d'une façon appropriée par un char, mais plutôt par une femme, tandis que d'autre part, l'Eglise avec laquelle Dieu brisera les nations, ne peut être convenablement représen­tée par une femme mais plutôt par une "pierre" (Dan. 2 : 45) ou par un "marteau" (Jér. 51 : 20). A une Eglise qui rassemble des âmes, le symbole qui sied le mieux est un "char" et ses dirigeants, naturellement des "chevaux".

 

      Comme il y a quatre chars à identifier dans la symbolisation que nous analysons, nous devons étudier chacun d'eux séparément, en commençant par :

 

Le premier char

 

      L'ordre dans lequel les chars sont présentés indique une série d'évènements évangéliques. I1 y avait "au premier char des chevaux rou­ges" Zac. 6 : 2. La couleur rouge signifie effusion de sang ; cette interprétation est confirmée par l'Esprit de Prophétie : "chemin faisant, nous rencontrâmes des gens... Je remar­quai que leurs vêtements étaient bordés de rouge ;... Je demandai à Jésus qui ils étaient. I1 me répondit que c'étaient des martyrs qui avaient donné leur vie pour Lui." Premiers Ecrits p. 18 ; 19.

 

      La bordure rouge aux vêtements de ces gens étant l'emblème du martyre, il est donc clair que la couleur rouge des "che­vaux" indique les dirigeants de l'Eglise marty­risés avant l'année 538 de notre ère.

 

      En réponse à la question de Zacharie concer­nant l'identité et la destination des chevaux, l'ange répondit : "Celui auquel sont les che­vaux noirs sort vers le pays du nord; et les blancs sortent après eux ; et les tâchetés sor­tent et cherchent à s'en aller, à se promener par la terre" Zac. 6 : 6, 7 (Darby). Alors que la réponse de l'ange révèle les régions respec­tives vers lesquels se dirigent les chevaux noirs, blancs, tâchetés et les vigoureux, elle ne fait la moindre mention concernant les che­vaux rouges, nous amenant ainsi à la conclu­sion que ceux-ci ont été martyrisés, par consé­quent ne sont allées nulle part et n'ont abouti à aucune destination. Ce point étant clair, notre prochaine tâche consistera à identifier :

 

Le second char

 

      "Et au second char, il y avait des chevaux noirs" (Darby). I1 est universellement admis que la signification symbolique de la couleur noire est la captivité. Puisque le martyre de la Première Eglise Chrétienne fut suivi de la période de ténèbres spirituelles de 538 à 1798, il est évident et clair que le char conduit par les chevaux noirs représentent l'Eglise et ses dirigeants pendant cette longue période prophétique de l'esclavage sous la Rome ecclésiastique. Ceci est confirmé par l'explication de l'ange concernant la destination des chevaux . "les chevaux noirs", dit-il, "... se dirigent vers le pays du septentrion" (Segond). Pays du septentrion ou "pays du nord" est, une expression   biblique   pour   désigner   l'ancienne  Babylone ;  les  passages   suivants   nous  le démontrent clairement : "Car ainsi parle le Seigneur, l'Eternel, voici, je vais amener du septentrion ...Nebucanetsar, roi de Babylone "Ez. 26 : 7 (Crampon) Des années plus tard, lorsque les Juifs retournaient de Babylone à Jérusalem, Dieu parla par son prophète Zacharie disant "fuyez, fuyez du pays du septentrion ! (Za. 2 - 6) identifiant encore Babylone comme "la contrée du nord".

 

      Mais comme il s'agit de l'accomplissement d'une prophétie dans l'ère néotestamentaire, le pays du septentrion dans ce cas là se réfère à la Babylone antitype - Rome christianisée - où le peuple de Dieu s'est rendu dans les temps du Nouveau Testament. Cette vérité précise concernant le second char nous amène à l'exposé du :

 

Troisième char

      I1 y avait "au troisième char des chevaux blancs". Puisque le noir signifie l'esclavage, le blanc, étant l'opposé du noir, doit repré­senter la liberté. En conséquence, les chevaux blancs et leur char doivent symboliser l'Eglise qui a succédé aux 1260 années de captivité romaine. En effet l'ange dit à Zacharie "les blancs vont après" les chevaux noirs vers le pays du septentrion (Segond). Le char tiré par les chevaux blancs représente donc une Eglise libre prêchant un message venant du ciel pour l'annoncer au pays du sep­tentrion peu de temps après 1798, pendant une période de liberté. Le seul message de ce genre qui soit enregistré dans les annales de l'histoire est celui du mouvement Millélriste, au sujet duquel nous lisons :

 

      "William Miller et ses collaborateurs furent chargés de faire entendre le message aux Etats-Unis. Ce pays devint le centre du grand Mouvement Adventiste... Les écrits de Miller et de ses associés furent envoyés dans les pays les plus lointains.. L'heureuse nouvelle du prochain retour de Christ atteignit les missionnaires dans toutes les parties du monde". Tragédie des Siècles p. 398.

 

      Mais quoique "les chevaux blancs" se soient dirigés "vers le pays du septentrion", les mil­léristes, ou le "premier mouvement adventiste" ne constituait guère une réponse à l'appel "sortez du milieu d'elle, mon peuple". Ceci ressort clairement des propres termes de William Miller : "dans tous mes travaux, je n'ai jamais songé à établir une confession indépendante des églises existantes ou à favoriser l'une au détriment de l'autre. Je désirais faire du bien à toutes". Tragédie des Siècles  p. 405.

 

      La révélation concluante est la suivante : "vois, ceux qui se dirigent vers le pays du septentrion font reposer ma colère sur le pays du septentrion" Zac. 6 : 8 (Segond). Après que le message d'avertissement des milléristes fut rejeté par les églises en accomplissement des paroles : "font reposer ma colère sur le pays du septentrion", Dieu a retiré son Esprit de ceux qui sont restés à Babylone. La preuve en est que le "second ange" a annoncé : "Babylone est tombée" Apoc. 14 : 8.

 

      La chaîne de faits entourant les trois pre­miers "chars" montre que les séries d'évènements évangéliques qu'elle embrasse se terminent avec le mouvement millériste en 1844. Le fait addi­tionnel que la couleur blanche des chevaux indi­que la pureté, démontre que le "troisième char" est le symbole de la seule des sept Egli­ses qui soit blanche, c'est-à-dire sans reproche l'Eglise de Philadelphie (Apoc. 3 : 7).

 

      La Parole de Dieu est pleine de significa­tion, sa profondeur est insondable et sa vérité telles les vagues qui viennent toujours se briser sur la rive baignant sans cesse les plages vivifiantes de ses ondes écumantes, remue le sable de l'histoire pour découvrir les perles qui y sont ensevelies, l'une de ces per­les étant le fait que le nom de "Philadelphie" donné à l'église millériste n'était pas dû au hasard. Ce nom, signifiant "amour frater­nel" a été divinement désigné, et il ne convien­dra à aucun autre mouvement, dans toute l'ère chrétienne qu'à celui de Miller car c'est la seule à ne s'être pas rendue coupable d'expulser ses frères pour avoir écouté un message venant de Dieu ou de restreindre leur liberté reli­gieuse les interdisant d'investiguer eux­ mêmes sur des vérités significatives ! Elle seule donc, est exempte de la culpabilité, de la condamnation soulignée dans cette accusa­tion du Seigneur . "écoutez la parole du Seigneur, vous qui tremblez à Sa parole; vos frères qui vous haïssent et qui à cause de Mon Nom, vous excluent, ont dit ; "Que 1e Seigneur montre donc sa gloire, et que nous voyions votre jubilation" mais ce sont eux qui seront dans la honte" Es. 66 : 5 (Tob).

 

      Ces juges condamnés par le ciel parce qu'ils se sont auto désignés, ne sont pas entrés eux mêmes et ils ont "empêché d'entrer ceux qui le voulaient" Luc 11 : 52. Pour répéter : le millérisme ou le premier mouvement adventiste étant le seul qui n'ait jamais expulsé ou exclu aucun de ses frères, représente la seule église qui puisse être symbolisée par 1e char conduit par les chevaux blancs, et la seule qui puisse être dignement désignée par le nom "Philadelphie" - amour fraternel-.

 

      Toutes les sept églises mentionnées dans Apo­calypse 2 et 3 ont bien commencé mais tôt

ou tard Satan a réussi à introduire dans chacune d'elles tout un flot de ses agents (symbolique­ment appelés "ivraie") ayant l'apparence de vrais croyants. Ceci a été particulièrement vrai des pasteurs par l'intermédiaire de qui il a été en mesure de faire errer des églises entières hors du droit chemin. Et toujours, les quelques membres qui ont refusé de suivre la direction des hommes au lieu de celle de Christ, ont été expulsés. En effet, toutes les fois que Dieu a envoyé un message à son peuple, les pasteurs, au lieu de l'appuyer et d'aider le message à parvenir au peuple, ont lutté contre lui, faisant bloc pour se mettre de travers et empêcher qu'il atteigne le peuple !

 

      Montrant comment les pasteurs ont essayé de détruire le "premier message adventiste" et comment ils ont persécuté les laïcs qui ont osé assister aux réunions dans lesquelles Miller prêchait, l'histoire de l'église révèle : "Mais les pasteurs et les conducteurs reli­gieux se prononcèrent contre la doctrine adven­tiste et, pour que cette question cesse d'être agitée, ils ne se contentèrent pas de ma­nifester leur opposition du haut de la chaire, mais ils contestèrent à leurs ouailles le droit d'aller entendre des prédications et même de parler de leurs convictions dans les réunions d'édification". Par conséquent, ce message "fut surtout confié à des laïques. Des fermiers quittaient leurs champs, des artisans leurs ou­tils, des négociants leurs marchandises et des hommes de carrières libérales leur profession. Mais le nombre de ces ouvriers restait bien insuffisant". Tragédie des siècles p. 406, 398.

 

      "Cette oeuvre ne s'appuyait pas sur la sagesse ou l'érudition de l'homme, mais sur la puissance de Dieu. Les hommes qui, les premiers, enten­dirent l'appel et obéirent n'étaient pas les plus talentueux mais les plus humbles et les plus pieux. Les chefs spirituels furent parmi les derniers à adhérer à ce mouvement". Id. P. 434, 435. "On avan­çait contre ce message le fait qu'il était prêché presque exclusivement par des laïques. Comme les juifs autrefois, on répondait au témoignage clair et précis de la parole de Dieu par la question : "y a-t-il un seul des chefs et des pharisiens qui ait cru en Lui ?"... Des foules, qui avaient en leurs pasteurs une confiance aveugle, refusèrent de prendre garde à l'avertissement ; d'autres, bien que convaincus de la vérité, n'osaient pas la confesser, de peur "d'être chassés de la syna­gogue". id. p. 410.

 

      "... Le vrai disciple de Christ... n'attend pas que la vérité devienne populaire pour la défendre Convaincu de son devoir, il en accepte délibérément les inconvénients..." Id. p. 498, 499. Les indécis et les superficiels ne pouvaient plus s'appuyer sur la foi de leurs frères. Chaque croyant dut tenir ferme ou tomber pour son compte".(8) The great Controversy p. 395. "Au lieu de contes­ter et de raisonner au sujet de ce qu'ils ne comprennent pas, qu'ils mettent à profit la lumière qui brille déjà sur leur sentier, et celle-ci ira en augmentant". Tragédie des siècles p. 576.

 

      "Il y a toujours eu des gens qui, tout en pro­fessant la piété, se sont fait une spécialité de critiquer le caractère, les croyances des per­sonnes dont ils ne partagent pas les opinions. Ces accusateurs des frères sont les meilleurs colla­borateurs de Satan". Id. p. 566.

 

      "...Dieu ... n'enlèvera jamais toutes les rai­sons de ne pas croire. Ceux qui cherchent des échappatoires en trouveront. Et ceux qui refusent d'accepter la Parole de Dieu et de lui obéir jus­qu'à ce que toutes leurs objections soient levées et qu'aient disparu tous les prétextes de douter, ne parviendront jamais à la lumière". Id. p. 575.

 

      De toutes les "sept églises" (Apoc. 2 et 3), seule l'église de Philadelphie (Millériste) n'a pas abouti à ces mêmes procédés sataniques. Toujours fidèle à Dieu, elle a terminé sa courte mais imma­culée carrière en 1844, sa destination pré-établie. Ayant oeuvré toute sa vie sous la supervision gé­nérale de son fondateur, elle n'a jamais connu de réajustement. Etant sans reproche, comme cela est parfaitement illustré par le troisième "char" et ses "chevaux blancs", elle s'est retirée héroïquement pour céder la place au mouvement suivant représenté par :

 

Le quatrième char

 

      Puisque les trois premiers chars couvrent l'his­toire de l'Eglise jusqu'en 1844, 1e quatrième doit représenter une organisation ecclésiastique sub­séquente, c'est-à-dire succédant au millérisme ou l'Eglise de Philadelphie. La dernière des sept églises, l'Eglise de Laodicée, est nécessairement donc celle symbolisée par le quatrième "char".

 

      Au sein de la confusion créée par les multiples sectes, confusion qui s'étend actuellement dans toute la chrétienté, il peut sembler difficile d'isoler les laodicéens du reste des chrétiens. Mais 1e Grand Architecte des types et des symboles, Celui qui voit la fin dès le commencement, et par conséquent qui a prévu avec précision quelles se­raient la situation et l'oeuvre de la dernière des "sept églises" doit donc par Sa Parole, être à même de distinguer cette église-là parmi la multitude d'églises et la mettre en évidence tel un phare qui fait briller sa lumière à l'heure la plus sombre de la nuit. De même Satan a déployé de grands efforts pour que le nom de "Philadelphie" soit mal employé et gardé caché, de même aussi il tâche de créer la confusion sur :

 

Le nom du dernier char

 

      De même que le nom de "Philadelphie" ne sied qu'à une seule organisation ecclésiastique et à seulement un des chars, de même aussi le nom de "Laodicée" ne peut logiquement s'appliquer qu'à un seul char et seulement à une dénomination. Le mot lui-même vient du grec lego-dikean, signifiant "proclamant le jugement". Après l'évènement de l'Eglise de Philadelphie, il doit surgir une église qui proclame le jugement. Et c'est un fait historique qu'en 1844, la même année dans laquelle le mouvement millériste aboutit au terme de sa course, un mouvement nouveau, la dénomination Adventiste du Septième Jour, s'éleva pour procla­mer : "Craignez Dieu et donnez-Lui gloire car l'heure de son jugement est venue" Apoc. 14 : 7.

 

      Malgré le rapport peu enviable concernant l'é­glise de Laodicée, le fondateur du mouvement, à la différence des fondateurs des autres mouvements déclare en toute honnêteté dans Témoignages pou­r l'église vol. 1 p. 374 : "le message à l'Eglise de Laodicée est une terrible accusation porté contre le peuple de Dieu aujourd'hui" -Les Adventistes du 7ème Jour. Proclamant le jugement et se trouvant dans la lamentable condition décrite, l'église adventiste du 7ème jour est la seule qui puisse être correctement appelée "Laodicée", -proclamant le jugement. Quelle correspondance parfaite entre la description et la condition :"Magnifiez l'Eternel avec moi et exaltons : ensemble son nom", "car Il a exalté Sa Parole au dessus de tout son nom" Psaumes. 34 : 3, 138  : 2.

 

      Puisque le troisième char et l'église de Phila­delphie ont été identifiés comme représentant le mouvement millériste et puisque l'église de Laodicée elle aussi a été identifiée comme représentant le mouvement adventiste du 7ème jour, il s'ensuit inévitablement que le "quatrième char", le dernier des chars, symbolise l'église adventiste du 7ème jour -celle de Laodicée.

 

      Si cette application du "char" est incorrecte, la preuve simple et certaine en sera qu'il ne pourra pas s'adapter adéquatement à l'église adventiste du 7ème jour ; de même aussi, si elle est correcte, elle  ne  pourra  s'ajuster à aucune  église  autre  que l'Eglise Adventiste du7ème jour, car les divins

Symboles sont faits de telle sorte qu'ils ne s'ajustent parfaitement qu'un seul objet. La preuve décisive sur l'interpré­tation qui est donnée dans cet exposé est donc l'exactitude concluante de la partie parado­xale du symbolisme-.

 

Les Tachetés et les Vigoureux - Double Direction

 

      "Et au quatrième char" il y avait des "chevaux tachetés" et des chevaux "vigoureux". Dans cette prophétie symbolique l'anomalie est manifes­tement que le quatrième char, contrairement aux trois autres est conduit par une double équipe de chevaux. Ce qu'il y a de plus frappant dans tout ce symbolisme est le fait paradoxal que "les tâ­chetés sortent vers le pays du midi, et les vigou­reux... cherchent à s'en aller, à se promener par la terre" Zac. 6 : 6, 7. Les tâchetés vont dans une direction et les vigoureux dans une autre, et pourtant les deux équipes tirent le même char !

 

      Evidemment cette situation étrange doit renfer­mer une singulière leçon de vérité présente d'im­portance capitale pour l'Eglise de Dieu en cette heure cruciale où la vision est dévoilée et la vérité révélée, en ce temps où l'Eglise confronte un problème bizarre et inquiétant que la sagesse humaine est incapable de résoudre.

 

      Ces attelages dissemblables attachés au qua­trième char et tirant chacun dans une direction différente indiquent non seulement l’existence d'un double leadership dans l'Eglise de Laodicée, mais encore que les deux groupes de dirigeants sont opposés l'un à l'autre tant en caractère qu'en dessein. Cette situation étant étrange, les sages devront l'y accorder toute leur attention. Considérant que la Bible en a parlé et que le sym­bolisme décrit à la perfection le conflit qui se déroule sous nos yeux, ils s'accrocheront ferme­ment à la vérité.

 

      Pour trouver l'explication de la partie culmi­nante et énigmatique de cette symbolisation, nous devons consulter les annales passées et présentes de l'Eglise de Laodicée. Comme pour chaque église, le message est adressé à "l'ange" chargé du chandelier (l'église - Apoc. 1 : 20). Jean a reçu cet ordre . "Ecris à l'ange de l'église de Laodicée" Apoc. 3 : 14. Mais cet "ange" ne peut être un ange du ciel car il est en faute : "tu n'es ni froid ni bouillant" mais "malheureux, mi­sérable, pauvre, aveugle et nu" et "tu ne le sais  pas", Apoc. 3 : 16, 17. Qui d'autre cet ange peut-il être si ce n'est celui à qui il a été confié le soin du "chandelier" ? I1 est donc clair que lui et le serviteur "que son Maître a établi sur ses gens pour leur donner la nourriture au temps con­venable" Mat. 24 : 45 sont identiques, que tous deux représentent le leadership de l'Eglise,  et non les membres.

 

      Quiconque ayant une connaissance raisonnable des écritures, doit savoir que Dieu ne peut achever son Oeuvre sur la terre avec un leadership "malheu­reux, misérable, pauvre, aveugle et nu" ; et ce qui est bien pire, c'est un leadership qui n'est même pas conscient de sa condition. Ceux qui excu­sent l'énorme méchanceté qui sévit partout, ne constituent guère le peuple fidèle de Dieu, ils sont, plutôt "l'ivraie", la semence du Malin.

 

      "Le message que Dieu envoie par le truchement de ses serviteurs", déclare l'Esprit de Prophétie "sera méprisé et ridiculisé par les bergers infi­dèles, qui foulent aux pieds le bon pâturage, donnant celui qu'ils ont souillé pour nourriture au troupeau. "Malheur aux pasteurs qui détruisent et dispersent le troupeau de mon pâturage ! dit l'Eternel". Review and Herald 25 juin 1901.

 

      Vu ce triste fait, Dieu doit avoir un deuxième groupe de leaders pour achever Sa plus grande tâche depuis que le monde existe. Concernant ce deuxième groupe de serviteurs nous lisons "Et je vis un autre ange qui montait du côté du soleil levant et qui tenait le sceau du Dieu vivant, il cria d'une voix forte aux quatre anges... et dit : ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres jusqu'à ce que nous ayons mar­qué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu" "Et dans leur bouche, il ne s'est point trouvé de mensonge, car ils sont irrépréhensibles" Apoc.7:2, 3;14: 5.

 

      Ainsi, par témoignage et par symbole, la Parole de Dieu signale deux types dissemblables de "ser­viteurs" - les uns "tièdes", les autres "irré­préhensibles". Le sujet est si important que l'Esprit de Pro­phétie en éclaire un autre aspect : "Mais les jours de la purification de l'Eglise arrivent en toute hâte. Dieu aura un peuple pur et fidèle... Ceux qui auront placé leur confiance dans l'intelligence, le génie ou les talents, ne pourront pas se maintenir en tête de file". Tes­timonies vol. 5 p. 80.

 

      Le fait que nos fédérations n'octroient de let­tres de créances comme pasteurs qu'à ceux qui détiennent un diplôme universitaire, démontre qu'elles placent leur confiance dans la sagesse hu­maine - sagesse que Dieu ne peut employer aujourd’hui pas plus qu'Il ne put le faire quand Moise en fit l'exhibition. Et le fait qu'elles aient suivi cette voie insensée pendant tant d'années est une autre évidence incontestable prouvant que les pasteurs du temps présent sont des hommes que Dieu ne peut pas employer, non seulement parce qu'ils ne dépendent pas de Lui, mais encore parce qu'ils ont mis hors d'action contre Sa Volonté, ceux qu'Il peut utiliser :

 

      "Je veux vous dire que Dieu n'a mis aucune autorité royale dans nos rangs pour contrôler telle ou telle branche de son oeuvre. L'oeuvre a été grandement restreinte par les efforts déployés en vue de la contrôler dans tous les domaines. Voilà une vigne offrant le spectacle d'un lieu aride qui n'a pas été labouré. Et si quelqu'un commençait à cultiver ce lieu au nom du Seigneur sans avoir reçu l'autorisation des hommes du petit cercle du pouvoir, il ne recevrait aucune aide. Dieu veut que l'on prête main forte à ses ouvriers. Si une centaine de personnes commençaient une mission pour défricher un champ, en demandant le secours d'en haut, Dieu leur ouvrirait la voie. "Laissez moi vous dire que si vous accomplissez l'oeuvre de tout votre coeur et si vous avez de la foi en Dieu, vous n'avez besoin de l'appro­bation d'aucun pasteur ou de qui que ce soit. Si vous vous mettez à l'oeuvre au nom du Seigneur et vous faites en toute humilité ce qui dépend de vous pour prêcher la Vérité, Dieu vous défendra". "Si l'oeuvre n'avait pas été tellement handicapée­ par une entrave ici, une entrave là, et de l'autre côté une autre entrave, elle avance­rait dans sa majesté. Les premiers pas auraient été d'abord faibles, mais le Dieu du ciel est vivant". Review and Herald 16 avril 1901.

 

      Ce n'est que quand Paul avait entièrement re­nonce à placer sa confiance dans la sagesse humaine, considérant tout cela comme une perte à cause de Christ, que Dieu fut en mesure de l'éle­ver par Sa puissante main. "Pour moi, frères" dit le grand apôtre, "ce n'est pas avec une supério­rité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu". 1 Cor. 2 : 1. Mais à la différence de l'humble Paul, les grands hommes dans l'église d'aujourd'hui "sont remplis d'eux mêmes, indépendants de Dieu, et le Seigneur ne peut se servir d'eux... L'appel à cette solennelle et grande oeuvre avait été", depuis 1844, "présenté à des hommes occupant des positions intellectuelles et sociales élevées ; si ces hommes s'étaient considérés petits à leurs propres yeux, et s'ils avaient placé une confiance pleine et entière en Dieu, le Seigneur les aurait honorés en leur accordant de porter triomphale­ment Son étendard jusqu'à la victoire. Mais ils se sont séparés de Dieu et ont cédé à l'influence du monde, alors le Seigneur les a rejetés". Testimonies vol. 5 p. 80, 82.

 

      Mais "le Seigneur a des serviteurs fidèles qui dans le criblage, durant le temps d'épreuve, seront mis en évidence. I1 y a de précieuses âmes maintenant cachées, qui n'ont jamais fléchi les genoux devant Baal. Elles n'ont pas eu la lumière dont les rayons en faisceaux concentrés ont été projetés sur vous. Mais ce peut être sous une apparence rudimentaire et peu attrayante que le pur éclat d'un caractère chrétien authenti­que sera révélé". Testimonies vol. 5 p. 50, 81.

 

      Dans leur parfaite harmonie, encore une fois la Bible et l'Esprit de Prophétie s'exaltent mutuellement, éclairant ainsi le paradoxe du qua­trième char avec ses deux équipes de chevaux, les­quelles -comme le révèlent leurs couleurs et leurs orientations- sont diamétralement oppo­sées dans leurs caractères, leurs principes et dans leurs objectifs ; chacune se disputent le droit au char. S'efforçant de garder le char dans le pays du midi (l'Egypte) où aveuglément ils "reposent sur leurs lies"(9), les chevaux tâchetés, le leadership qui est à la tête même du char, "disent dans leur coeur, l'Eternel ne fait ni bien ni mal". C'est pourquoi "leurs biens seront au pillage et leurs maisons seront dévastées". Sophonie 1 : 12, 13. Alors que les chevaux vigoureux le leadership derrière les tâchetés cherchent à aller parcourir la terre.

 

      Les premiers (tâchetés) disent : "Il est trop miséricordieux pour répandre ses jugements sur son peuple" en accomplissant la prophétie d'Ezéchiel 9 sur eux, tandis que les derniers (vigoureux) se lamentent et gémissent à cause des abominations qui se commettent au milieu de son peuple. Alors que derrière les chevaux tâchetés, il y a de la douleur et de la crainte pour la manifestation de la colère de Dieu, il résonne plutôt devant les chevaux vigoureux le cri de "paix et sûreté".. que font entendre ceux qui n'élèveront plus jamais la voix comme une trompette pour déclarer au peuple de Dieu ses péchés et à Israël ses iniquités. Ces "chiens muets qui ne peuvent aboyer" sont ceux sur les­quels fondra la juste vengeance d'un Dieu offensé. Hommes, femmes, jeunes gens, jeunes filles et enfants périront tous ensemble" Témoignages pour l'église vol 2 p 73.

 

      Alors que d'une part nous assistons à la fail­lite des chevaux tâchetés dans leur tentative de maintenir le contrôle du char (l'église) à cause de leur négligence dans l'accomplissement de la tâche ; d'autre part, nous constatons que les chevaux vigoureux se préparent tant sur le plan prophétique que dans la réalité, à prendre les rênes du char au temps marqué ou, comme l'ange l'a expliqué dans un langage prophétique : ils cherchent à "aller parcourir la terre". Zac. 6 : 7.

 

      Dissemblables en couleur, les deux attelages représentent deux types de serviteurs dissembla­bles en caractère. Le premier type (les tâchetés) est constitué d'hommes occupant des positions sociales et intellectuelles élevées", mais "remplis d'eux mêmes, indépendants de Dieu, et le Seigneur ne peut se servir d'eux". Les autres (vigoureux) ceux qu'Il élèvera et exaltera parmi nous", sont "ceux qui sont instruits par l'onction de Son Esprit plutôt que par la formation superficielle des institutions scientifiques... Dieu prouvera qu'Il ne dépend pas de mortels érudits et pré­somptueux" Testimonies vol. 5 p. 82.

 

      Bien plus, ce deuxième type possède "le pur éclat d'un caractère chrétien authentique", "mais ce peut être sous une apparence rudimentaire et peu attrayante" - non vernie par la prétendue "haute éducation". "I1 emploiera pour l'accom­plissement de ses desseins des gens que certains frères rejèteront, les considérant inaptes à être engagés dans son oeuvre". Review & Herald 9 février 1885.

 

      "Et je rassemblerai le reste de mes brebis de tous les pays où je les ai chassés ; je les ramènerai dans leur pâturage ; elles seront fécondes et multiplieront. J'éta­blirai sur elles des pasteurs qui les paîtront ; elles n'auront plus de crainte, plus de terreur, et il n'en manquera aucune, dit l'Eternel". Jér. 23 : 3, 4.

 

      Bien que ces serviteurs de Dieu qui seront mis en évidence durant la purification de l'Eglise n'aient "pas eu la lumière dont les rayons en faisceaux concentrés ont été projetés" sur d'au­tres, il est pourtant dit d'eux : "le plus faible et le plus hésitant dans l'Eglise sera comme David - brûlant du désir d'agir et de braver... Alors l'Eglise de Christ apparaîtra "belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leurs bannières". "Elle doit s'avancer dans le monde, en vainqueur et pour vaincre". Testimonies vol. 5 p. 81, 82 & Pro­phètes et Rois p. 549.

 

      Où d'autre, dans toute la chrétienté, (hors de la dénomination des Adventistes du 7ème Jour, l'Eglise de Laodicée) trouver l'accomplissement de l'histoire prophétique de l'église dévoilée dans cette étude ? Si cette révélation sensation­nelle de la vérité présente, claire et certaine comme le conflit même entre Dieu et Satan, ne touche pas le coeur laodicéen, alors plus rien ne pourra l'émouvoir. Oh ! cher frère, chère soeur, ne soyez pas dupe ! Si ce message n'atteint pas votre cœur maintenant, pour vous sauver du désastre qui s'amène, il vous surprendra certainement dans ­l'avenir, mais ce ne sera que pour vous détruire, pas pour vous sauver. Par conséquent,­ ne restez plus en Egypte avec les chevaux tâchetés car ce ne sera que pour y périr avec eux alors que

 

Les chevaux vigoureux amènent le char à la Terre Promise

 

      Etant donné que le char est traîné par les deux équipages tirant chacun dans une direction différente, il est clair que les deux ne peu­vent parvenir à leurs fins sans briser le char en deux, le laissant ainsi détruit et inutile. I1 faut donc que l'une ou l'autre équipe soit séparée de l'attelage. Et le fait que ce sont les "vigoureux" qui vont "parcourir la terre" alors que les tâchetés restent en Egypte, montre que seuls les vigoureux contrôleront le char et le conduiront de l'Egypte à la Terre Promise.

 

      Bien que cette remarquable symbolisation prophétique, maintenant pleinement dévoilée, n'était qu'une prophétie encore cachetée quand le volume 1 de The Shepherd's Rod fut publié et envoyé à travers toute la dénomination Adventiste du 7ème Jour en 1930, déjà dans son important message à Laodicée (déclarant que la prophétie d'Ezéchiel 9 est sur le point de s'accomplir, et que ceux qui auront échappé au "massacre" comprendront le leadership futur de l'église) le signal de la tragédie révélée ici dans ce singulier paradoxe était anticipé. De sorte que nous voyons que dès le début, le Shepherd's Rod lançait un message avant coureur annonçant en quelque sorte le même problème critique révélé dans ce paradoxe, donnant ainsi une ébauche de la clarification de la prophétie de Zacharie ! Et réciproquement, cette remarquable prédiction non seulement fit la Parole de Dieu apparaître plus merveilleuse que jamais, mais encore elle appuie le message contenu dans le Shepherd's Rod et dévoile l'is­sue des difficultés déconcertantes que nous avons devant nous, telle qu'il n'y a point eu dans l'histoire de l'église.

 

      Bien que les dirigeants de la dénomination des Adventistes du 7ème Jour soient déterminés à chasser de l'Eglise tous ceux qui croient au message du Shepherd's Rod, ils essaient de faire comprendre que ce sont les adhérents au message qui se retirent d'eux mêmes. La vérité paradoxale indique pourtant qu'ils doivent posséder "le char" et leur refus d'abandonner l'église démon­tre en réalité la certitude que seulement les che­vaux vigoureux conduiront le char à sa destina­tion -"parcourir la terre"-.

 

      La révélation de ce paradoxe avertisseur démon­tre également que Dieu contrôle les Ecritures et les met en évidence au moment où son peuple a besoin de savoir dans quelle direction s'orienter. Et maintenant, ayant trouvé la voie, restons, comme le firent les apôtres, dans l'Eglise avec le message jusqu'à ce qu'il nous soit dit : "allez! parcourez la terre !". Ayant donc accompli notre devoir, il sera dit de nous : "les rois des armées fuient, fuient, et celle qui reste à la maison (à l'Eglise) partage le butin. Tandis que vous reposez au milieu des étables, les ailes de la colombe sont couvertes d'argent, et son pluma­ge est d'un jaune d'or". Ps. 68 : 12, 13.

 

      Par conséquent, alors que les chevaux vigoureux se préparent maintenant pour "aller parcourir la terre", les tâchetés s'efforcent d'expulser mal­honnêtement les vigoureux du char afin de garder celui-ci dans :

 

Le pays du Midi

 

     Pour trouver la signification symbolique du "pays du Midi", consultons l'Apocalypse : "Je donnerai à mes deux Témoins le pouvoir de prophé­tiser, revêtus de sacs pendant mille deux cent soixante jours. Quand ils auront achevé leur témoi­gnage, la bête qui monte de l'abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera. Et leurs cada­vres seront sur la place de la grande ville, qui est appelée, dans un sens spirituel, Sodome et Egypte, là même où leur Seigneur a été crucifié". Apoc. 11 : 3, 7 - 8.

 

      "Les deux Témoins", déclare l'Esprit de prophétie, "représentent les Ecritures de l'Ancien et du Nouveau Testament... Ils... poursuivirent leur témoignage pendant toute la période des mille deux cent soixante années... La période pendant laquelle les deux Témoins devaient rendre leur  témoignage revêtus de sacs se termina en 1798... C'est en 1793 que l'Assemblée Nationale (de France) avait décrété l'abolition de la reli­gion chrétienne et la suppression des Saintes Ecri­tures, où la mort des "deux Témoins". Tragédie des siècles p. 287, 288, 308.

 

      Puisque le gouvernement athée de France en 1793 est appelé par les Ecritures "Sodome et Egypte, là même où le Seigneur a été crucifié", l'Egypte ancienne -"le pays du Midi"- symbolise notre monde actuel en général, où notre "Seigneur a été cru­cifié". C'est pourquoi, alors que "les chevaux noirs" et les "chevaux blancs" se rendirent "vers le pays du septentrion" (la chrétienté), les "che­vaux tâchetés" se dirigèrent "vers le pays du midi" (le monde).

 

      Comme une remarquable corroboration de cette phase particulière de la prophétie, la dénomination Adventiste du 7ème Jour, après le grand désap­pointement de 1844, s'avança hardiment obéissant à l'injonction divine qui suit : "il faut que tu prophétises de nouveau sur beaucoup de peuples, de nations, de langues et de rois" Apoc. 10 : 11. Ainsi "la parole prophétique" que "nous tenons pour d'autant plus certaine" (2 Pie.1 : 19), confirmée dans les moindres détails par l'histoire de l'Eglise, établit le fait que le message de la dénomination adventiste du 7ème Jour est allé vers le monde (Egypte), par conséquent, le danger que court 1e "quatrième char" (celui des Adven­tistes du 7ème jour) n'est pas d'entrer dans Baby­lone mais plutôt de se rendre en Egypte.

 

      Pour confirmer encore davantage cette vérité prophétique à la fois évidente et alarmante, 1'Esprit de prophétie déclare : "Mon âme est en­vahie par la tristesse quand je pense à notre con­dition de peuple... L'Eglise a tourné le dos à Christ son Conducteur pour ne pas le suivre, et elle se dirige résolument vers l'égypte. Malgré tout, quelques-uns sont étonnés et alarmés de leur manque de puissance spirituelle". Testimonies vol. 5, p. 217.

 

      Mais certains, suivant l'exemple de l'autruche de la fable qui s'enterre la tête pour échapper au danger, crient sous le sable comme s'ils ne courraient aucun risque : "I1 n'y a pas de danger, ce mouvement triomphera !" Mais la meil­leure évidence prouvant que le grand objectif du mouvement adventiste du 7ème jour court le terri­ble danger d'échouer, se manifeste par 1e prési­dent de la Conférence Générale dans un discours Publié dans la Review and Herald du 14 octobre 1937, duquel nous extrayons ce qui suit : "Je dois dire solennellement que sont à l'oeuvre des forces et des influences qui si elles ne sont contrôlées , nous rendront aussi non préparés pour la seconde venue de Christ que ne l'était Israël pour sa première venue. Ne vous y trompez pas, je constate ces forces à l'oeuvre. L'esprit qui animait les saducéens agit comme du levain et je dois élever la voix en une fervente requête pour vous prier de vous assurer que la porte est fermée à des pareilles intrusions. Je vous enjoins tous à entrer dans la lutte contre l'esprit saducéen, l'esprit de conformité au monde, esprit qui, s'il n'est pas subjugué, chan­gera et détruira tout l'esprit et le but du mou­vement... J'ai entendu cette question : dans la défense de ces grands principes de vérité que Dieu nous a confiés, allons nous permettre que 1e manteau tombe de nos épaules pour couvrir celle des autres ? Allons nous permettre que d'autres prennent notre place et appellent le monde à la réforme selon certains de ces princi­pes ?

 

L’objectif du Mouvement dans la balance

 

      "Je crois que nous devons nous mouvoir avec puissance. Ce n'est pas un temps ordinaire, il demande quelque chose d'inhabituel. Je me présente devant vous aujourd'hui comme un homme qui croit et qui croit sincèrement, sérieusement et du plus profond de son âme que tout l'objet ainsi que le but de ce mouvement est aujourd'hui dans la balance. Nous devons faire pencher la balance du côté de la justice...

 

      Je dois vous dire, chers amis, en toute fran­chise qu'aujourd'hui beaucoup de nos jeunes sont dans la confusion et leur foi est détruite à cause de ce qu'ils voient et entendent. Ne le savez vous pas ? N'est ce pas la vérité ? Ce peut être une vérité infaillible, mais plusieurs de nos jeunes ne croient pas en l'Esprit de Prophétie à cause de l'inconsistance qu'ils ob­servent dans la vie de ceux qui devraient être leurs leaders. Si nous voulons que les jeunes croient, nous devons leur donner un exemple en foi et en conduite.

 

      "Je pense que le moment est venu où tracer un bon exemple doit être le défi lancé à tout notre peuple. Cela ne sert à rien de nous faire passer devant le monde pour des gens qui ont une cer­taine lumière, alors que toute notre attitude se modèle sur d'autres principes. Oh! que le Sei­gneur nous aide à retourner à la simplicité et la foi, à l'obéissance et la pratique de la justice. La majorité de nos membres connais­sent les principes tels qu'ils sont enseignés par l'Esprit de prophétie, et quand ils nous voient les violer dans notre conduite, ils per­dent la foi, non seulement dans les Témoignages, mais encore dans notre leadership. Soyons des leaders consistants. Mettons en pratique ce que nous prêchons...

 

      "Ce ne sont pas les assauts de l'ennemi que je crains. Non,.. ce qui m'effraie c'est notre pro­pre écart du vrai chemin. C'est la plus dure réalité à laquelle nous ayons à faire face... "Nous sommes le peuple le plus en besoin de la terre. Chers amis, nous avons besoin que quelque chose d'extraordinaire soit fait en notre faveur. Une grande procession est en route pour le Royaume. Sommes nous en train de conduire les forces de Dieu dans la bonne direc­tion ?

 

Menacés par la conformité au monde

 

      "Je crois que l'esprit de la société, l'esprit du monde s'est introduit trop de fois parmi nous. Je ne voudrais pas que vous pensiez que je suis découragé à la perspective de l'avenir de l'E­glise ! Non, Dieu merci, je sais que ce mouvement avancera triomphalement et victorieusement. Tou­tefois, je me considérerais négligent si je man­quais de vous ouvrir les yeux sur les signes de danger qui jalonnent la route et auxquels nous devons prêter attention.

 

      "Je désire répéter que bon nombre de nos pa­rents sont angoissés du fait qu'il leur coûte beaucoup pour maintenir la foi de leurs fils et de leurs filles à cause de ce qu'on leur enseigne dans nos salles de classes. Ils viennent nous dire que certains professeurs de Bible refusent que leurs élèves lisent des passa­ges de "Jésus Christ" dans un cours sur la vie de Jésus. D'autres viennent dire que l'Esprit de prophétie est discrédité dans l'esprit et la croyance de leurs enfants à cause des interpré­tations d'histoire qu'ils reçoivent, puisque ces interprétations sont souvent faites pour jeter du discrédit sur des déclarations claires de l'Esprit de prophétie.

 

      "I1 y a encore un autre point sur lequel nous devons concentrer notre attention. I1 concerne la vie et les activités sociales dans nos insti­tutions éducatives. Le corps enseignant doit accorder plus de soin et d'attention à certaines de ces questions. Je comprends que dans plusieurs de nos centres éducatifs nous sommes en train de développer une aristocratie du vêtement qui embarrasse les parents de certains enfants. Des directions d'institutions permettent aux jeunes d'adopter un style d'habit qui établit un stan­dard pour tous les étudiants et si ces derniers ne se conforment pas, parents et étudiants sont embarrassés. Cela débouche souvent sur une pure parade de modes mondaines et de conformité au monde. Je veux aujourd'hui élever la voix contre ces pratiques et je fais appel à vous pour endiguer ce courant.

 

      "Un trop grand nombre de nos jeunes sont aujourd'hui conduits à une conformité au monde par certains dirigeants qui s'attachent eux-mêmes à des formes d'amusement et de plaisir mondains. Chers amis, je souhaite que nos jeunes soient écartés des fêtes à la plage, des parades de nudité, de cinéma et des autres endroits de mora­lité douteuse où ils ne devraient pas se rendre, mais où ils sont parfois conduits par leurs dirigeants. Je crois que c'est le devoir de chaque comité d'école et de chaque corps ensei­gnant de prendre des mesures pour que cela change Jusqu'où pouvons nous aller dans la conformité au monde ? Mettons fin à cet esprit de compromis. Ne soyons pas comme ces peuples d'autrefois qui permirent à leurs croyances religieuses d'être tellement empoisonnées par les contacts avec le monde qu'ils devinrent incapables de reconnaître leur propre Messie quand I1 fit son apparition.

 

      "Si les pionniers se levaient aujourd'hui, reconnaîtraient ils ce mouvement ? Reconnaîtraient ils le mouvement qu'ils ont fondé et légué à leurs successeurs ? Est ce qu'ils pourraient vraiment le reconnaître ? C'est pour moi une question troublante et très importante. "Oh" diront certains, "ils n'étaient qu'un tas de badernes et de démodés. Ils étaient totalement arriérés. Aujourd'hui les standards ont changé". Ce sont des expressions favorites de plusieurs, mais je n'abonde pas dans leur sens. Je maintiens ceci : chaque principe correct, convenable et juste qui a toujours été de mise et qui est éta­bli dans la Parole de Dieu, est aussi vital aujourd'hui qu'il l'avait été. Je ne suis pas de ceux qui admettent que les normes ont changé. Cet argument suggère qu'aujourd'hui nous avons des principes plus bas ; d'ailleurs, il est utilisé surtout par ceux qui veulent des principes plus bas. Plus nous approchons du Royaume de Dieu plus nous devons élever nos prin­cipes.

 

      "Si Jésus venait ici aujourd'hui, nous recon­naîtrait-il ? En réalité, dois-je dire, le recon­naîtrions-nous ? Oh, je veux croire que les incur­sions de la corruption mondaine et de son venin n'ont pas prévalu au point que même Jésus ne puisse nous reconnaître ! Je deviens impres­sionné et très perplexe quand Je pense à cela.

*  *  *

Chers amis, je suis très préoccupé concernant nos tendances et nos orientations. Je dois avouer qu'elles me rendent très anxieux. Nous voici un groupe de dirigeants ici réunis, mais quand nous quitterons ces lieux à quoi allons nous retourner ? Nous allons rejoindre des milliers de nos jeunes. Nous allons encore continuer à influen­cer et à façonner les vies de milliers de jeunes et à les diriger. Mais comment allons nous les diriger ? Où allons nous les conduire ?

 

Le besoin de Réveil

 

      "Que nous dirait Jésus s'I1 était ici aujourd'hui ? Se mettrait-I1 à nettoyer le temple de nos coeurs afin d'y chasser l'esprit sadducéen, maté­rialiste et mondain ? Je crois qu'Il le ferait. Je crois qu'aujourd'hui en tant que dirigeants et éducateurs, il nous faut par dessus tout quelque chose qui ne peut nous venir d'aucun comité de résolutions : il nous faut un réveil et un retour à la piété primitive. Puisse Dieu permettre que cette convention ne se termine sans que quelque chose nous arrive. Non un réveil basé uniquement sur un service des lèvres, mais un réveil du coeur, de la vie, un changement de conduite, un changement qui nous aide à nous ajuster à nos objectifs dans ce grand mouvement. En ce jour, je vous supplie tous de détourner vos regards du monde et de les fixer sur l'Agneau de Dieu qui ôte Les péchés du monde. Parlons davantage de ce qu'Il représente pour ce mouvement plutôt que d'autres choses qui absorbent tellement notre temps et nos conversations..." Review and Herald vol. 114, n° 41, 14 octobre 1937, pp. 4 - 6.

 

      0h qu'il est terriblement clair, sous quelque angle qu'on le regarde, que les chevaux tâchetés ont conduit le char vers le monde au lieu de l'en tirer ! Même le Président de la Conférence Générale intercède auprès de ces dirigeants pleins de l’amour du monde pour qu'ils amendent leur conduite et abandonnent leurs voies (Jér. 7 : 3). Mais bien qu'ils n'aient pas renoncé à leurs courses rétrogrades, ils sont encore retenus par 1a déno­mination alors même qu'ils continuent à éloigner le peuple de Dieu et de l'Esprit de prophétie, le conduisant toujours plus près du monde et de son influence corruptrice. Et puisqu'ils expulsent ceux qui s'efforcent de réveiller les laodicéens, le Président de la Conférence Générale, dans ses efforts pour se réveiller ne devrait-il pas lui aussi se dresser contre cette situation ironique dans laquelle nous vivons, et au lieu de continuer à tolérer ces dirigeants entêtés, ne devrait-il pas les congédier et réintégrer "ceux qui gémissent et se lamentent" Témoigna­ges pour l'Eglise vol. 2 p. 72- lesquels ils avaient expulsés ?

 

      Alors que les tâchetés attirent sur eux-mêmes la tragédie en dépérissant dans le "pays du midi", tièdes et satisfaits de leurs réalisations, les chevaux vigoureux cherchent à "aller parcourir la terre", c'est-à-dire qu'ils s'apprêtent à partir, mais ils ne peuvent le faire avant qu'il ne leur soit dit :"Allez, parcourez la terre"! Enfin, ils partent, signifiant que Dieu les a "honorés en leur accordant de porter triompha­lement Son étendard jusqu'à la victoire".

 

      Cette circonstance entravente est une nouvelle preuve de l'exactitude du message contenu dans le "Rod" car dès le début il a proclamé que le message des trois anges ne pourra être annoncé jusqu'aux extrémités de la terre qu'après l'ac­complissement de la prophétie d'Ezéchiel 9, et après l'effusion du Saint Esprit telle que décrite dans Joël 2 : 28 -le temps où le Seigneur dit prophétiquement : "Allez".

 

      Si les dirigeants d'aujourd'hui, ceux qui sont représentés par les chevaux tâchetés, avaient prêté attention à "l'appel à la réforme" et s'é­taient "considérés petits à leurs propres yeux" dit l'Esprit de Prophétie et "s'ils avaient placé une confiance pleine et entière en Dieu, le Seigneur les aurait honorés en leur accordant de porter triomphalement son étendard jusqu'à la victoire. Mais ils se sont séparés de Dieu, et ont cédé à l'influence du monde, alors le Sei­gneur les a rejetés". Id. p. 82. "Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" dit le Sei­gneur. Apoc. 3 : 16.

 

      Alors, ils iront à la recherche de cette "huile supplémentaire" mais hélas trop tard pour profi­ter d'une réponse quelconque à leur question pleine d'anxiété. "Allons nous laisser le manteau tomber de nos épaules pour en couvrir d'autres ? Allons nous permettre que d'autres prennent notre place et appellent le monde à la réforme...?" Certainement, "ce mouvement" (char) est destiné à avancer triomphalement, mais seulement sous la conduite des chevaux vigoureux.

 

      La chaîne des faits présentés ici concernant la condition de l'Eglise est si solidement for­gée par la Prophétie et par l'histoire que per­sonne ne peut la rompre. En effet, chaque mail­lon prophétique est si évident que même le Pré­sident de la Conférence Générale est alarmé. Cependant, malgré cela, la servante du Seigneur prédit que "la lumière qui éclairera la terre de sa gloire sera appelée une fausse lumière par ceux qui refusent de marcher à sa gloire pro­gressive". Review and Herald, 27 mai 1890.

 

      "Dans la manifestation du pouvoir qui éclaire la terre de sa gloire, ils ne verront dans leur  aveuglément que quelque chose qu'ils pensent être dangereux, quelque chose qui éveillera leurs craintes et ils banderont leurs énergies pour lui résister. Parce que Dieu n'agit pas selon leurs vues et leurs idéaux, ils s'opposeront à l'oeuvre. "Comment ne reconnaîtrions nous pas l'Esprit de Dieu, diront-ils, nous qui avons été dans l'oeuvre pendant tant d'années ?" Bible Training School, 1907 (réapparu dans Review and Herald du 7  novembre 1918).

 

      "Quand le Seigneur a une lumière pour Son peu­ple, nous ne devons jamais nous attendre à ce que Satan reste à nous regarder tranquillement sans déployer d'efforts pour empêcher à cette lumière de parvenir aux enfants de Dieu, il travaillera dans les esprits afin d'exciter la méfiance, la jalousie et l'incrédulité. Prenons garde de ne pas rejeter la lumière que Dieu nous envoie, parce qu'elle ne nous arrive pas de la manière qui nous plait. Ne permettons pas que les béné­dictions de Dieu nous soient enlevées parce que nous n'avons pas connu le temps de notre Visitation (Luc 19 : 44).

 

      S'il y a quelques uns qui ne voient pas et n'acceptent pas eux-mêmes la lumière, ne permettons pas qu'ils se mettent en travers du chemin des autres. Qu'il ne soit pas dit de ce peuple hautement favorisé, comme il fut dit des juifs quand la Bonne Nouvelle du Royaume leur fut prêchée : "ils n'y sont pas entrés eux-mêmes et ils n'y laissent pas entrer ceux qui veulent entrer" Testimonies vo1.5 p. 728.

 

      Nous rappelons à nos dirigeants que c'est exac­tement la même chose qui était arrivée lors du traitement impie infligé au message de 1888, quand celui-ci fut "méprisé, calomnié, ridicu­lisé..., rejeté et dénoncé comme tendant au fanatisme". Testimonies to Ministers p. 468.

 

      Puise cette expérience ne jamais se répéter. Toutefois, l'Esprit de prophétie déclare : "La lumière qui éclairera la terre de sa gloire sera appelée une fausse lumière... Vous qui vous opposez à la lumière de la vérité, nous vous conjurons de vous retirer du chemin des enfants de Dieu. Que la lumière envoyée par le Ciel brille constamment sur eux de ses purs rayons. Vous à qui la lumière est parvenue, Dieu vous tient responsables de l'emploi que vous en fai­tes. Ceux qui ne l'entendront pas seront également tenus responsables, car la Vérité a été placée à leur portée, mais ils ont méprisé les opportunités qui leur ont été offertes et les privilèges qui leur ont été accordés". Review and Herald 27 mai 1890.

 

Pour que rien ne soit négligé, pour les avertir du terrible désappointement qui est sur le point de les surprendre, nous adressons encore un autre appel :

 

A nos Frères Dirigeants

 

      Bien Chers Frères,

Nous intercédons une nouvelle fois auprès de vous, même si vous méprisez la source de cette requête, pour que vous fassiez une étude profonde et complète de ce message qui vous est parvenu au nom du Seigneur de peur que vous ne répétiez l'histoire des juifs. Plus que tout autre, vous devriez réaliser avec une plus grande acuité le redoutable danger de fermer vos yeux et boucher vos oreilles, même si ces mots ne proviennent que de quelques pauvres "pêcheurs". A moins que vous vous repentiez de votre pré­sente attitude vis-à-vis du message, et priez "le Seigneur pour que la pensée de votre coeur vous soit pardonnée s'il est possible" Actes 8 : 22, aussi certainement que vos yeux lisent ces mots, votre conduite incorrecte vous apportera, très bientôt, l'accomplissement de la terrible sentence du Témoin Fidèle : "parce que tu dis je suis riche, je me suis enrichi et je n'ai besoin de rien (vérité ou prophètes), je te vomirai de ma bouche".

 

      "Chers frères, rappelez-vous qu’il n'y a pas d'orgueil aussi dangereux que l'orgueil spiri­tuel". Testimonies to Ministers p. 109.

 

      Prévoyant que le message vous trouverait rem­plis de propre complaisance sur vos réalisations spirituelles, le Seigneur miséricordieux vous prévient en ces termes : "tu n'es ni froid ni bouillant", c'est-à-dire, tu es tiède, satisfait. Puisses tu être froid ou bouillant ! Insatis­fait, désirant tout, plutôt qu'ayant le sentiment de n'avoir besoin de rien. Ainsi tu ne serais pas en train de dire par tes actions : "je suis riche, je me suis enrichi et je n'ai besoin de rien", ni vérité, ni prophètes,­ mais tu saurais que "tu es malheureux, misérable pauvre, aveugle et nu".

 

      Bien-aimés Frères, puissent ces paroles décon­certantes ouvrir vos yeux afin que vous vous voyiez tel que vous êtes et que "la honte de ta nudité ne paraisse pas". La promesse est certaine "un collyre pour oindre tes yeux afin que tu voies". Notre prière est qu'il ne vous arrive point d'échouer car nous vous aimons.

 

      Rappelez-vous bien que le Seigneur "vous a appelés des ténèbres à Son admirable lumière" (1 Pierre 2 : 9) afin que vous y marchiez (Ephésiens 5 : 8, 9 ; 1 Jean 1 : 7); mais si vous ne le faites pas votre lumière se changera en ténèbres (Luc 11 : 35) et vos "biens seront au pillage" (Sophonie 1 : 13).

 

      Le Seigneur déclare : "Je t'ai multiplié par dix milliers, comme les herbes des champs. Et tu pris de l'accroissement, tu grandis, tu devins d'une beauté parfaite, tes seins se formèrent, ta chevelure se développa. Mais tu étais nue, entièrement nue. Ezéchiel 16 : 7. Mais "moi, je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. Aie donc du zèle et repens toi". Apoc. 3 : 19. Sinon, "je reprendrai mon blé en son temps et mon moût en sa saison et j'enlèverai ma laine et mon lin qui devaient couvrir ta nudité". Osée 2 : 11.

 

      Prenez garde, chers Frères, de peur que par votre course obstinée vous n'encouriez le déplaisir de Dieu (en parlant dans les figures entre­mêlées de ces prophéties corrélatives) et que l'Eternel dans sa redoutable colère ne vous "dé­pouille à nu" Osée 2 : 5 et ne vous vomisse de Sa bouche. Alors vous serez "bouillant" mais cela ne vous servira de rien car il sera à tout jamais trop tard pour vous changer et bien que comme Esaü vous pleurerez amèrement, le Seigneur ne vous entendra pas.

 

      Les juifs qui n'avaient pas été plus sincères dans leur déception que vous ne l'êtes dans la vôtre, ont au moins accordé audience à Jésus, tandis que vous n'avez pas été aussi aimables envers Lui. Quoique l'Inspiration vous décrive comme étant "aveugles" et en proie à "une ter­rible illusion" (témoignages pour l'Eglise vol, l, p. 376), vous vous considérez comme de sages con­ducteurs spirituels ; vous allez jusqu'à réclamer que l'Inspiration fléchisse pour s'ac­commoder à votre décision concernant ce qui doit ou ne doit pas être présenté au peuple de Dieu ! Votre attitude est aussi déraisonnable que le furent les critiques des scribes et des pharisiens d'autrefois contre les enseignements de Jésus.

 

      Votre attitude défiante envers les révélations présentes de la Parole de Dieu déclare à grands cris . "Qui est l'Eternel pour que j'obéisse à sa voix, en laissant aller Israël ? Je ne connais point l’Eternel et je ne laisserai point aller Israël". Exode 5 : 2.

 

      Voilà la recommandation du Seigneur : "de pré­cieuses lumières émaneront encore des Saintes Ecritures et il n'appartient à personne d'énon­cer ce qui, doit ou ne doit pas être présenté dans les messages que Dieu se réserve de faire connaître ; ce serait éteindre l'Esprit. Personne n'a le droit, quelle que soit l'autorité que lui confèrent ses fonctions, d'interdire l'accès à la lumière". Témoignages sur l'Ecole du Sabbat p. 64.  "Dieu veut dire ce qu'Il dit". Témoignages pour l'église vol. 2 p. 143. "

 

      Les hommes ... par leur égoïsme... se liguent contre ceux-là mêmes que Dieu emploi pour diffuser la lumière qu'Il leur a confiée... Satan déploie toute son adresse. I1 travaille à restreindre la liberté religieuse ...Des organisations travailleront sous la dictée de Satan pour amener des hommes sous le contrôle d'autres hommes ; la fraude et l'astuce prendront la forme du zèle pour la vérité et pour l'avance­ment du Royaume de Dieu... de tels hommes s'arrogent les prérogatives de Dieu, - ils osent faire ce que Dieu Lui-même ne fait jamais, à savoir contrôler l'esprit des hommes. Ainsi, ils suivent les traces du romanisme... Dans de telles circonstances, 1'homme qui permet que son esprit soit contrôlé par celui d'un autre se sépare de Dieu et s'expose à la tentation... Ceci est clairement établi par Dieu. I1 dit en effet : "Maudit soit l'homme qui se confie dans l'homme, qui prend la chair pour son appui" (10) Testimonies vol. 7 p. 179, 180, 181, 178.

 

      Vous déclarant vous-mêmes des hommes "d’expé­rience", vous dites : "si un frère a une lumière quelconque sur les Ecritures, qu'il nous la soumette et si nous n'y trouvons aucune lumière, qu'il la rejette". Mais, chers frères, comment pouvez vous voir la lumière en quoi que ce soit sans y regarder ? Et comment pouvez-vous discerner les choses spirituelles sans employer le "collyre (la vérité révélée) pour oindre tes yeux, afin que tu voies" ? En refusant de faire cela, comment pouvez vous jamais discerner la vérité ?

 

      Pourquoi devons-nous renoncer au message du Rod quand votre tentative de le prouver erroné s'est soldé par un échec complet ? Pourquoi mettre de côté de précieuses perles de vérité simplement parce que la majorité ne peut les distinguer des faux joyaux ? Vous avez lancé des mots acerbes contre la tyrannie des autres, mais qu'en est-il de la vôtre ? Votre accusation contre nous est que notre position "nous met en mauvaise posture" ; mais vous ne réalisez pas ce que vous dites, vous ne réalisez pas que nous nous mettons aujourd'hui dans exactement la po­sition qu'avaient prise dans le passé Jean Baptiste, Christ, les Apôtres, Luther, Miller et les fondateurs de la dénomination Adventiste du 7ème jour ; non la position dans laquelle vous voulez nous faire apparaître, celle qui a toujours été occupée par ceux qui s'opposent à la vérité et qui a privé plusieurs milliers des bénédictions du ciel ! Chers Frères, prouvez nous que nous sommes dans l'erreur, et alors vous verrez avec quelle rapidité nous changerons notre position !

 

      Notre constant souci est que vous prêtiez l'oreille au conseil du Témoin Fidèle et que vous confessiez votre pauvreté spirituelle, de peur qu'Il ne prononce sur vous cette redoutable malédiction : "gémissez, pasteurs, et criez ! Roulez vous dans la cendre, conducteurs de troupeaux ! Car les jours sont venus où vous allez être égorgés. Je vous briserai et vous tomberez comme un vase de prix (Jérémie 25 : 34), de sorte que vous ne serez plus quand, "après cela, je répandrai mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieil­lards auront des songes et vos jeunes gens des visions. Même sur les serviteurs et sur les servantes, dans ces jours 1à, je répandrai mon Esprit". Joël 2 : 28, 29.

 

      Parlant de ce temps là, l'Esprit de prophétie déclare : "De puissants miracles furent opérés, des malades étaient gué­ris et les disciples étaient accompagnés de signes et de prodiges." Premiers Ecrits p. 278.

 

      0h quelle folie démesurée et quelle perte que de continuer sur une mauvaise voie et de se perdre dans un temps comme celui-ci, quand il vous est plutôt accordé le privilège de vous mettre "à table avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des cieux" ! Matthieu 8 : 11. Puissiez vous ne pas échouer !

Sincèrement vôtre pour un esprit

                                                                                                 humble et un choix heureux,

                                                                                                       Votre ami et serviteur.

 

      Bien que extrêmement préoccupés à l'idée que nos frères dirigeants conforment leur coeur aux conseils que le Seigneur leur prodigue, nous sommes également intéressés à ce que les laïcs aussi appliquent leur coeur à suivre le conseil que le Seigneur leur donne. Ainsi, en toute impartialité, nous adressons maintenant :

Un mot aux Elus de Dieu : Les 144 000 !

 

      Bien-aimés Frères,

A vous qui entendez la voix du Bon Berger et qui n'êtes pas connus de nous par vos noms respectifs, mais plutôt par ce nombre prospectif de 144 000 et par vos fonctions (serviteurs irrépréhensibles de Dieu, rois et sacrificateurs), à chacun de vous il échet la solennelle certi­tude que le temps du scellement est très court et sa fin très proche. Par conséquent, cher frère, chère soeur, soyez sûr (e) d'avoir reçu le sceau de Dieu à temps ; ne retardez pas le retour à notre foyer édénique. "Aujourd'hui, si vous en­tendez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs". Hébreux 4 : 7.

 

      Que celui qui est pour l'Eternel ne s'attarde plus. Le temps est pleinement arrivé pour les 144 000 d'entrer dans la ligne du programme de Dieu afin d'achever son oeuvre et se préparer pour la translation. C'est pourquoi le Seigneur déclare : "Comme un pasteur inspecte son troupeau quand il est au milieu de ses bre­bis éparses, ainsi je ferai la revue de mes bre­bis et je les recueillerai de tous les lieux où elles ont été dispersées au jour des nuages et de l'obscurité". Ezéchiel 34 : 12.

 

      "L'Eternel  leur  Dieu  les  sauvera  en  ce jour-là comme le troupeau de son peuple ; car ils sont les

pierres d'un diadème qui brilleront dans son pays." Zacharie 9 : 16.

 

      Cher frère, chère soeur, empressez-vous, rangez vous sans tarder du côté du Seigneur de telle sorte qu'Il puisse sans délai, à cause de vos "lamentations" (repentance) et de vos "cris" (proclamation du message du scellement), vous mettre en évidence comme les "serviteurs de notre Dieu", vous qui aurez échappé au massacre de l'Eternel, vous serez envoyés vers les païens afin d'amener "tous vos frères du milieu de toutes les nations" Esaïe 66 : 16, 19 et 20.

 

      Etudiez le message pour vous mêmes et ne per­mettez qu'aucune chair s'interpose entre vous et votre salut. Prenez votre propre décision indépendamment de qui que ce soit et assurez vous de par vous mêmes que Dieu vous dirige comme I1 le fit quand vous deviez devenir un Adventiste du 7ème Jour. N'acceptez aucun prêtre ni aucun prélat pour votre dieu. "Ne soyez pas comme un cheval ou un mulet sans intelligence, on les bride avec un frein et un mors dont on les pare afin qu'ils ne s'approchent point de toi". Psaumes 32 : 9.

 

      Pourquoi devriez vous vous heurter contre la même pierre d'achoppement et tomber sur cette pierre qui a enfoncé des mil­lions, tête baissée, en enfer ? Regardez en haut cher frère, chère soeur et évitez la calamité qui est devant vous et aidez d'autres à l'éviter.

 

      Quant à ceux qui sont sourds à la voix du Bon Berger, "je pleurerai en secret à cause de votre orgueil, mes yeux fondront en larmes, parce que le troupeau de l'Eternel sera emmené captif". Jérémie 13 : 17.

 

      "C'est pourquoi écoutez la résolution que l'Eternel a prise contre Edom, et les desseins qu'Il a conçu contre les habitants de Théman !" Jérémie 49 : 20.

 

      "Plus de refuge pour les pasteurs ! plus de salut pour les conducteurs de troupeaux !" Jérémie 25 : 35.

 

      Maintenant notre ardent désir et notre grande espérance est que chacun de vous entre en contact avec nous sans délai, afin que, en harmonie avec la Parole de Dieu, nous puissions ensemble lancer un programme pour le "siège", de telle sorte que nous soyons à même de présenter à l'ennemi un front uni. Alors Dieu agira. Alors les barrières dressées contre la Vérité et contre ses servi­teurs qui doivent être "mis en évidence", s'écrouleront comme les murs de Jéricho ! "Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises" Apoc. 3 : 22.

 

      Vous avez été envoyés "pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté et aux prisonniers la délivrance, pour publier une année de grâce de l'Eternel et un jour de vengeance de notre Dieu, pour consoler tous les affligés". Esaïe. 61 : 1, 2. Quel privilège inégalable ! A Dieu ne plaise que vous le perdiez !

 

Sincèrement vôtre pour la confiance

                                                                                                            implicite en Dieu et pour les verts

                                                                                                            pâturages de son troupeau,

                                                                                                              Votre ami et serviteur.

 

        P. S. - Profitez des publications contenant la Vérité Présente et préparez vous pour le travail Soyez du nombre des "sages" et remplissez vos "vase" de cette "huile" supplémentaire pour vos "lampes". Nos imprimés vous révèlent pleinement que "les jours approchent et toutes les visions s'accompliront" Ezéchiel 12 : 23. En d'autres termes, les visions des prophètes, qui apparaissaient être remplies de mystères, sont devenues mainte­nant des faits concrets.

 

        Douze brochurettes totalisant 898 pages vous seront envoyés sans aucun frais de votre part. I1 ne suffit que d'en faire lu demande. Ceux qui réclament nos imprimés pour la première fois recevront, toute la série des pamphlets mais à raison de un à la fois et avec un intervalle de quatre semaines entre chaque expé­dition. Ceux qui accompagnent leurs demandes de noms d'autres Adventistes du 7ème Jour pourront, s'ils en font la mention expresse, recevoir tous les douze en même temps.

 

"Préférez mes instructions à l’argent et la science à l’or le plus précieux" Proverbe 8 : 10. "Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endur­cissez pas vos coeurs" Hébreux. 4 : 7. Placez votre commande maintenant.

 

"Ces paroles sont certaines et véritables et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt... Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre" Apocalypse 22 : 6, 7, "et l'Esprit et l'Epouse disent : viens. Et que celui qui entend dise : viens. Et que celui qui a soif vienne, que celui qui veut prenne de l'eau de la vie gratuitement". Apocalypse 22 : 17.

 

1. Les passages que nous citons sont tirés de Testimonies on sabbath School (TSS) p. 60 - 66. Ces mêmes textes sont répétés dans Counsels on Sabbath School Work (CSSW) p. 25-32. Nous repro­duisons ici le texte de la version française publiée sous le titre Témoignages sur l'Ecole du Sabbat (TES) p. 60 - 66. Lorsque le texte que nous citons est différent de la version française parce que nous proposons une traduction qui est plus conforme à l'original, nous donnons entre parenthèses la référence du texte anglais.

 

2. Le texte de Darby dit qu"au premier char il y avait des chevaux roux", tandis que selon la traduction de l'Abbé de Maredsous, il y avait "au premier char des chevaux rouges". Bien que le roux contienne aussi du rouge, puisque cette couleur résulte du mélange de jaune et de rouge, nous croyons que pour ce passage, la traduction de Maredsous est la meilleure. Aussi adoptons nous la couleur rouge pour les chevaux du premier char.

 

3. La version segond rend ainsi le verset 6 : "les chevaux noirs attelés à l'un des chars se dirigent vers le pays du septentrion et les blancs vont après eux ; les tâchetés se dirigent vers le pays du midi". Parlant des chevaux vigoureux (qu'elle appelle rouges), la version Segond rend les versets 7 et 8 ainsi : les vigoureux "sortent et demandent à aller parcourir la terre. L'ange leur dit . allez, parcourez la terre ! Et ils parcoururent la terre. I1 m'ap­pela et me dit : vois, ceux qui se dirigent vers le pays du septentrion font reposer ma colère sur le pays du septentrion.

4. Actes 2 : 47.

 

5. La première phrase de cette citation est notre traduction du passage anglais de The Great Controversy p. 425 parce que la nôtre, dans ce cas là, est plus conforme à l'original que celle consignée dans la Tragédie des siècles.

 

6.  Ezéchiel 9 : 4 (TOB)

 

7. La Tragédie des siècles rend "d'un grand mou­vement" mais l'original dit plutôt "du Grand mouvement adventiste".

 

8.  Cette phrase n'est pas rendue dans la version française.

 

9.  Sophonie 1 : 12.

 

10.  Jérémie 17 : 5

Aujourd'hui sur RADIO M4A actuellement en ligne sont déjà 27892 visiteurs (81832 hits) Merci de votre visite
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=